LOGO

AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 CAMILLE MELANIE PARKER ► evan rachel wood.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Admin



Messages : 516
Date d'inscription : 17/12/2009
Age : 21
Localisation : Sur le forum, en train de moderer vos paves de textes!

Feuille de Superheros/Supervillain - Mutant
Sexe: Masculin
Jauge de vie du Superheros/Supervillain - Mutant:
0/0  (0/0)

MessageSujet: CAMILLE MELANIE PARKER ► evan rachel wood.   Sam 7 Avr - 13:27


Camille Melanie Parker
fiche; en cours - terminée

C'est le 12 Juin 1987 à Sydney, en Australie, que la famille Parker m'ont accueillie dans leurs bras. Ils m'ont prénommée Camille (prononcé Cammie) Melanie (prononcé à l'anglaise, donc), mais vous pouvez m'appeller Cam, si vous le voulez. Je suis célibataire et fort heureusement, mais si vous voulez tout savoir je suis hétérosexuelle et j'en suis fière. Je viens d'une classe sociale aisée. J'ai décidé de poursuive des études à Harvard en psychologie (majeure) et en sociologie (mineure), je suis maintenant en septième année d'études. Et pour terminer, je fais partie des students ... Pour le moment. En effet, je compte postuler pour une place au sein des Cabot House.

Études
Plus que fascinée par la statue du "grand John Harvard", Camille pourrait passer des heures à l'étudier. En effet, cet homme est une personnalité intriguante. Possédant du pouvoir, il avait été capable de s'auto-proclamer fondateur d'un bâtiment qui ne lui revenait pas de droit. Elle aimerait pouvoir faire ça. Elle aimerait surtout comprendre comment il est parvenu à faire ça. Camille a toujours porté un énorme interrêt aux sciences humaines, telles que la psychologie, la sociologie et les relations humaines ... Comprendre comment fonctionne le cerveau, ce qui se passe dans les pensées les plus profondes des autres et, par ce biais, réussir à les manipuler pour parvenir à ses fins ? Ça, c'est le pouvoir, le vrai. Donc oui. Camille aime cette statue du grand John Harvard. Ce que Camille aime aussi faire, sur le campus d'Harvard, c'est se promener dans les espaces verts, faire de nouvelles rencontres et se faire encercler par des prétendants. Oui, être le centre de l'attention est ce qui lui fait vraiment plaisir. Ajoutez à cela deux rivières de diamants, des paires de boucles d'oreilles et des invitations des personnalités de la haute société et elle sera comblée de bonheur. Ceci dit, Harvard est une université, ce qui implique qu'une certaine part de travail doit être effectuée. Les rendant toujours à l'heure, elle parvient tout de même à avoir une vie sociale. Les rumeurs disent qu'elle fait faire ses écrits par d'autres étudiants, allant même jusqu'à les payer parfois pour qu'ils acceptent ... Mais ce ne sont que des rumeurs.


Caractère

Indescriptible. C'est sans doute le mot qui marche le mieux pour décrire Camille : possédant une personnalité aussi consistente que de l'eau, elle est capable de passer d'un extrême à l'autre lorsque l'on s'y attend le moins. Si l'on était cependant amené à essayer de la décrire, voici ce qu'on réussirait à obtenir : belle, svelte et jolie, Camille est le genre de fille dont il est impossible de se passer. Pourquoi ? Tout simplement parce qu'elle représente la joie de vivre incarnée. Insouciante, joyeuse et vivace, elle est toujours là à sourire et à rire ... Du moins, avec ses amies. Véritable peste gâtée par son père, elle a rapidement appris la base du fonctionnement de la société, à savoir, l'hypocrisie. Elle a rapidement compris qu'il fallait sourire, saluer les autres d'un revers de main et leur faire la bise tout en médisant à leur propos derrière les dos. Manipulatrice, Camille a rapidement appris que le seul moyen de réussir dans la vie, c'était de se trouver un homme, un véritable, avec du pouvoir, de s'accrocher à son bras et, comme une sangsue, lui prendre son pouvoir. Elle a aussi compris que sans hommes, elle devrait tout faire toute seule, tâche bien pénible vu le poids de ses cahiers ou encore la longueur des devoirs qu'elle a à rendre ... Mais avant tout, Camille est une fille difficile à séduire. Vous croirez toujours avoir le dessus avant de vous rendre compte au dernier moment qu'en réalité, c'était bel et bien elle qui vous avait enroulé autour de son annulaire. Drôle, heureuse et souriante, personne ne pourrait croire que Camille avait également ses moments de sérieux à moins d'en témoigner : lors des situations graves, celle-ci ne rigole plus et cherche tous moyens afin de rétablir les choses à leur étant normal. Si elle aime rire de tout et plaisanter autant avec ses qualités qu'avec ses défauts, ils ne l'en marquent pas moins et en tant que fille sensible, elle prend toujours les choses très à coeur. Impulsive, il lui arrive par moments d'exploser tel un volcan lorsque l'on s'y attend le moins, et jamais ces explosions sont suivies d'excuses, ou alors, presque jamais. Mais la vérité, c'est qu'au fond, Camille est une fille en manque de sécurité intérieure et de confiance en soi. C'est une fille qui doute de sa propre intelligence lorsqu'il s'agît de domaines scolaires ainsi que des personnes constituant son entourage. Ce qui est sûr et certain, c'est que Camille recèle un secret de son passé, un véritable trésor que seule une personne de confiance pourrait avoir l'honneur de recevoir ... Serez-vous cette personne ? Probablement pas, étant donné qu'elle ne se fait même pas confiance à elle-même.


Everyone Has Their Own Story

- Alors ? Le veux-tu toujours, ce pouvoir ? Es-tu toujours prête à tout pour l'acquérir ? Parce que ce que tu viens de vivre, tu devras le revivre, encore et encore, jusqu'à la fin de tes jours. Cette "épreuve" que tu as dû traverser ... Elle se répètera à plusieurs reprises dans ta vie. Et tu ne pourras que l'accepter.

Les larmes coulaient le long des joues de la jeune fille de quinze ans. Toute sa vie, elle avait cru que trouver sa place en ce bas monde serait facile et qu'il ne lui suffirait qu'à claquer des doigts. Elle s'était cruellement trompée ... Se mordant la lèvre, elle ne se rappellait même plus de ce qu'il lui était arrivé. Elle savait juste que ça avait été horrible, et qu'elle le regrettait. Elle savait juste que si elle pouvait revenir en arrière, elle le ferait. Mais elle ne le pouvait pas, et elle ne le ferait pas. Alors, regardant l'homme en face d'elle dans le blanc de l'oeil et armée de son courage, Camille répondit simplement, d'un ton monotone et sans expressions, comme si elle n'était plus entière :

- De toutes façons, ce qui est fait est fait. Si j'ai survécu cette fois-ci, je survivrai toutes les autres fois. À partir de là, je pense que je forgerai mon propre chemin. Et vous voulez savoir ce que je ferais, quand je l'aurais enfin et pour de bon dans ma main, ce pouvoir ? Je m'y accrocherai, je ne le laisserai jamais glisser entre mes doigts et je m'en servirai pour réparer le passé.

Se levant alors lentement, elle quitta la salle dignement, bien que tous deux savaient qu'elle n'avait plus de dignité. Elle se retourna une dernière fois afin d'ajouter :

- Ceci était un avertissement. J'obtiendrai mon pouvoir, et alors ... Vous ne voulez pas savoir ce qui vous arrivera à ce moment là. Oui, je parle au futur car c'est une certitude. Sur ce, je ne vous souhaite pas une bonne journée. Je vous souhaite une triste fin et une descente rapide aux enfers. À très bientôt.



- Pour qui vous prenez-vous ? Mon père est avocat. Je pourrais vous faire mettre derrière des barreaux rien que pour m'avoir parlé sur ce ton, alors je vous conseille de surveiller votre language ... Madame.

Lorsque Camille Melanie Parker parlait sur ce ton, cela ne présageait généralement rien de bon. Fille du célèbre Howard Parker et de sa femme, reine des sociétés mondaines, Mme. Catherine Parker, elle avait toujours reçu le meilleur dans sa vie. La meilleure infrastructure médicale, les meilleurs vêtements, les meilleurs écoles ... Rien ne pouvait être assez bon pour leur fille adorée. Évidemment, cela signifiait une absence quasi-totale de leur part, trop souvent occupés à gagner les fonds nécessaires à la vie qu'il souhaitait offrir à leur fille ou à conserver leur place en société grâce aux bals et soirées organisées par leurs "amis". Non pas que cela lui déplaisait. Elle avait toujours été autonome et d'ailleurs, n'aurait pas apprécié une implication trop grande de ses parents dans ses affaires privées.

Lorsqu'il en venait à sa vie sociale, Camille avait toujours été précoce : elle avait toujours sû quel cadeau offrir, quel soupir pousser, quelles jambes croiser afin de séduire et rentrer dans les bonnes grâces des autres ... Surtout lorsqu'il s'agissait de garçons. À dire vrai, s'intégrer au sein d'un groupe de filles était à la fois plus difficile et facile. En effet, c'était une chose d'être accepté parmi les leurs, mais une autre à part entière de se faire respecter par elles. Autant avait-elle eu le droit de s'asseoir à la même table que les filles dites populaires lors de ses années collège et lycée, elle avait dû travailler dur et tirer sur toutes les ficelles qui étaient à sa disposition afin de réussir à pouvoir prendre le dessus sur leur chef de l'époque et à dicter sa loi à elle.

Les garçons ? Elle en avait eu. Son premier petit ami datait de ses quatorze ans. À dix-huit ans, elle avait maitrisé le coup des petits amis simultanés et c'était à peine si elle avait intégré une maison close à ses vingt et un ans. En effet, Camille n'avait jamais eu honte de son corps et n'avait jamais non plus eu peur de le partager avec les autres. Étais-ce dangeureux ? Elle était la première à savoir que oui, ça l'était. Néanmoins, elle s'en souciait guère : après tout ce qui lui était arrivé dans sa vie, il ne pouvait rien lui arriver de pire, c'était tout simplement impossible.

Renversée par une voiture le jour de son dix-septième anniversaire, Camille avait été dans un coma d'une durée de deux mois qui l'avait cicatrisée à vie : en effet, une longue ligne blanche est apparente le long de son dos et elle avait perdu la capacité de faire des enfants. Elle était devenue stérile. Le choc fut d'autant plus violent étant donné qu'auparavant, elle n'avait jamais songé à cette facette de son avenir. Toujours concentrée sur son ascension vers le pouvoir et son avenir financier, elle en avait négligé le point de vue familial. Certes, elle avait toujours sû qu'elle ne finirait jamais seule ... Mais de là à se mettre en relation sérieuse au point de se marier ? De là à avoir des enfants et à fonder une famille ? L'idée ne lui avait jamais effleuré l'esprit.

Mais c'était, de toutes manières, trop tard. Elle n'avait plus la possibilité de faire des enfants, si jamais un jour l'envie lui prenait. Mais ce n'était pas grave. Retroussant ses manches, elle continua d'avancer, encore plus déterminée à avoir ce qu'elle avait toujours voulu. L'accident lui avait ouvert les yeux : il lui avait montré à quel point la vie était courte et inconstante et que si elle souhaitait en tirer quelque chose, il vaudrait mieux qu'elle le fasse aussi tôt que possible, au risque de ne jamais le faire, le cas échéant. Elle suivit donc ses séances de réhabilitation, ayant quelques choses à reprendre suite à ces deux mois d'inconscience. Puis, avec l'influence des connexions que son père avait et le compte en banque qu'il avait, elle était allée à Harvard. Depuis toujours, le cerveau humain la fascinait. C'est ainsi qu'elle prit comme étude psychologie.

En plein milieu de sa septième année d'études, elle commence à présent à chercher activement une belle perle au compte en banque bien rempli et aux parents plus ou moins importants dans la société de nos jours ... Le chercher chez les Eliots serait probablement la chose la plus censée à faire, mais ce n'était pas ce genre de fille. Imprévisible, elle savait que les choses n'étaient pas toujours comme elles devraient l'être, et, c'est avec une vision du monde ouverte qu'elle ne se renferme pas aux autres garçons du campus. Peut être que l'un d'entre eux correspondra à ses critères ; en attendant, rien ne l'empêchait de s'amuser avec ceux qui se présentaient à elle ... Elle qui avait toujours dégusté la vie la trouvait à présent plus délicieuse que jamais.



the face behind
↬ PSEUDO/PRÉNOM - Feu Ardent.
↬ ÂGE - 15 Ans.
↬ PAYS/RÉGIONS - Hong Kong, Chine.
↬ OÙ AS-TU CONNU LE FORUM - Par PRD.
↬ TES IMPRESSIONS - Assez bonnes pour que je me réinscrive What a Face .
↬ CRÉDIT(S) - Feu Ardent (avatar).
↬ AVATAR - Evan Rachel Wood.
↬ SCÉNARIO OU PI? - PI.
↬ LE MOT DE LA FIN - XOXO.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-marvel-rpg.forumactif.com
 

CAMILLE MELANIE PARKER ► evan rachel wood.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Jamie Bell
» Dita Von Teese
» Kate interviews !!!
» Rachel Hurd-Wood
» Rachel McAdams

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
They Coined It :: Don't Try To Run Away From The Flood :: Banque de persos RP de Feu Ardent-