LOGO

AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 GASPARD ✈ you almost wish you could have all the bad stuff back, so that you could have the good.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Admin



Messages : 515
Date d'inscription : 17/12/2009
Age : 21
Localisation : Sur le forum, en train de moderer vos paves de textes!

Feuille de Superheros/Supervillain - Mutant
Sexe: Masculin
Jauge de vie du Superheros/Supervillain - Mutant:
0/0  (0/0)

MessageSujet: GASPARD ✈ you almost wish you could have all the bad stuff back, so that you could have the good.   Dim 22 Avr - 14:11

GASPARD LAWRENCE HARRINGTON
don't want to break your heart, want to give your heart a break



identity card


Nom prénom prénom² : HARRINGTON, Gaspard Lawrence
HARRINGTON vient de son père. Sa mère, elle, se nommait CARROUSEL avant le mariage. Son premier prénom a été choisi par sa mère afin de représenter ses origines françaises, le deuxième ayant été choisi par son père ... parce qu'il devait bien faire des mauvais choix quelque part.
Date de naissance : 1er Janvier 1987
Âge : 25 Ans
Nationalité : Franco-Britannique avec des origines Italiennes et Hispaniques
Origines : Un peu de sang italien (8.5%, environ) et hispanique (7.0%, environ)
Lieu de naissance : Londres, en Angleterre.
Lieu de résidence : précisez votre adresse.
Profession : A interrompu ses études après le Baccalauréat afin de devenir fleuriste. :hysteric:
Situation familiale : Techniquement, fiancé.
Orientation sexuelle : Hétérosexuel


that's the question


Voici le moment des questions. Afin de cerner au mieux votre personnage, tant pour vous que pour nous, merci de développer vos réponses au maximum. En clair, ne vous contentez pas d'un simple oui ou d'un banal non, expliquez, précisez, détaillez, bref, développez.

Pourquoi vivez-vous à Seattle ? La question étant : pourquoi ne pas vivre à Seattle ? J'ai vécu ici depuis mes dix ans. ayant passé les premières années de ma vie à Londres, en Angleterre, et je dois avouer que je préfère de lui le climat d'ici à celui de là bas ! (Malgré le fait qu'ils ne présentent que peu de différences ...) Et puis ... Ici, j'ai ma famille, mon magasin ... Ma vie, à vrai dire ! Je n'ai jamais été tenté d'aller vivre ailleurs : depuis longtemps, j'ai pris la décision de rester.
Qu'est-ce qui vous pousse à rester à West Seattle ? Je ne sais pas, pour tout vous avouer ... Sans doute est-ce par habitude ? Qui sait ...
Pourquoi être devenu fleuriste ? J'ai toujours aimé les fleurs, que ce soit par leur couleur, leur forme, leur odeur, ou le pouvoir qu'elles ont d'envoyer un message et de le rendre innocent et véridique. Les fleurs ne peuvent faire que du bien - ou presque - dans la vie de l'individu, et, si j'ai le droit d'offrir aux autres ne serait-ce qu'une parcelle de bonheur en leur vendant une fleur fraîche, pourquoi ne pas le faire ?
Avez-vous déjà songé à changer radicalement de vie ? Si oui, expliquez : Pour être honnête, non, pas vraiment. Ma vie m'a toujours plu, et, je n'ai jusqu'à lors jamais éprouvé le besoin de me remettre en question, ni celui de recommencer à zéro.


The end


Age : 15 Ans
Pseudo : Feu Ardent
Célébrité choisie : Tobias Sorensen
Niveau RP : x/10 ; j'aime pas me noter donc ... Arrow What a Face
Bleu ou rose : (M) Blue. (a)
D'où sors-tu ? de Wade / Reine, demandez lui ! What a Face
Comment trouves-tu SS ? Magnifiquement magnifique ? :petillant:
Codes
01. règlement
03. concept
Commentaire : Javouém. :petillant:

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-marvel-rpg.forumactif.com
avatar
Admin



Messages : 515
Date d'inscription : 17/12/2009
Age : 21
Localisation : Sur le forum, en train de moderer vos paves de textes!

Feuille de Superheros/Supervillain - Mutant
Sexe: Masculin
Jauge de vie du Superheros/Supervillain - Mutant:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: GASPARD ✈ you almost wish you could have all the bad stuff back, so that you could have the good.   Dim 22 Avr - 14:12




it's my life


L’amour fait partie de ces choses dans la vie qui, lorsqu’on les possède, ne veulent plus rien dire. On les prend à la légère, on s’y habitue, avant d’au final ne même plus se rendre compte de leur présence. Lorsque l’on aime quelqu’un, l’on finit toujours par oublier de lui dire à quel point. On finit toujours par ne plus avoir le temps ni la patience ni l’envie de lui faire des preuves et des déclarations. Le jeu de la séduction s’est depuis longtemps achevé, laissant place à cette monotone routine, dévastatrice en elle-même. Le baiser n’est plus qu’un commodité dont on se sert pour saluer l’autre ; le sexe, une manière d’assouvir son besoin et sa soif de plaisir. Au réveil, plus de crêpes chaudes cuites à l’instant, posées sur un plateau et apportées au lit avec amour, tendresse, douceur et une belle rose rouge. Au réveil, plus de tendres câlins, mots doux et baisers échangés. Aussi tragique que ça puisse l’être, le temps tue tout ce qui entrave son chemin et s’oppose à lui : la jeunesse, l’individu, la famille et les amours. S’écoulant lentement et sournoisement, tel un poison, il infiltre nos vies, nous envahissant, nous occupant en permanence afin de nous distraire et de nous faire oublier l’essentiel. On a toujours des choses à faire, des obligations à suivre, des promesses à tenir … Et à force de s’investir dans notre vie, on finit par oublier le reste, en prenant habitude, le remarquant peu, le négligeant presque. Et l’autre le comprend. « Pour le meilleur et pour le pire ». Une phrase qui voulait dire beaucoup de choses, mais que peu disaient, comprenaient, vivaient ou même respectait. Une phrase qu’on oubliait trop souvent … Jusqu’à ce qu’il soit trop tard : que le temps ait enfin achevé son plan machiavélique, qu’il ne nous reste plus rien, et que l’on se rend compte que l’on avait manqué à ses devoirs. Et c’est là que la réalité nous frappe. Mais c’est trop tard : le temps d’agir est depuis longtemps révolu. L’amour a disparu.

Il se réveilla en sursaut. Haletant, il se retourna alors, agité. Personne à sa gauche. Absolument personne. La porte de la salle de bains, grande ouverte, indiquait bien que personne n'était présent ... Et la petite boîte de "velours" posé sur sa table de chevet indiquait qu'il n'avait pas rêvé, et qu'elle existait réellement ... Mais alors, où était-elle ? Où s'était-elle échappée, cette fois-ci ? Pourquoi ne répondait-elle donc pas à ses appels ? Pourquoi ne lui avait-elle pas dit où elle allait ? Pourquoi s'était elle enfuie ... le jour de leur mariage ? Que de questions, questions auxquelles in ne tenait, malheureusement, aucune réponse. Il ne s'était endormi qu'après trois heures de réfléxion, pensif dans son lit, les yeux fixant un plafond de plâtre blanc, le coeur lourd par le poids de son absence. Marie lui manquait ...

Elle lui manquait cruellement.

Cela ne faisait que peu de temps qu'ils avaient été ensemble ... Et pourtant, maintenant qu'elle était partie, il se rendait compte qu'il l'aimait autant que si elle avait toujours été là, avec lui. Et que son départ, en plus de l'attrister, le désolait et lui brisait le coeur. Se levant, il partit à la salle de bains afin de se brosser les dents et de se préparer pour le travail. Malgré tout, et surtout, malgré le ressenti qu'il avait, il savait que la vie devait continuer, avec ou sans Marie, qu'il avait, avant tout, un loyer à financer et un réfrigirateur à remplir, et que ces choses là ne lui arriveraient qu'en entretenant sa boutique et en servant ses clients. Néanmoins ... Il n'était vraiment pas d'humeur, aujourd'hui. Une semaine. Cela faisait une semaine qu'il n'avait pas vu l'amour qui pétillait dans ses yeux, ni le bonheur qui s'échappait sous forme de petit rire joyeux à la moindre chose qu'il lui disait ... Une semaine qu'il n'avait pas frôlé cette peau, qu'il n'avait pas caressé ce visage et dont l'odeur des cheveux n'était plus un délice qui l'attendait au réveil.

Il se vit alors, dans le miroir, pour la première fois en une semaine, et se rendit compte qu'il était vraiment en piteux état ... Les cheveux décoiffés, le regard triste, de lourdes cernes noires se creusant de plus en plus profondes, telles des fosses, sous ses yeux ... Où était-elle ? Allait-elle au moins revenir ? L'avait-elle aimé, ne serait-ce qu'un instant ? Tourmenté, il secoua alors vigoureusement de la tête : penser ainsi n'était pas la bonne solution ... Évidemment, qu'elle l'aimait ! Y avait-il une autre raison pour laquelle elle l'aurait choisi, lui, et non son frère, plus jeune, plus beau, plus "correct" pour elle ? Y avait-il une autre raison capable d'expliquer leur union de trois années et leur compatibilité charnelle ? Y avait-il une autre raison pour laquelle elle lui aurait dit "oui", les larmes aux yeux, six mois auparavant, lorsqu'il lui avait demandé sa main en mariage, à genoux, dans ce restaurant chic, la bague dans une main, son coeur dans l'autre ?

Mais alors ... Où était-elle ? Cette idée lui trottait dans l'esprit tandis qu'il entrait dans la douche. Était-elle en danger ? Avait-elle eu des soucis ? Ou pire ... Était-elle décédée suite à un malheureux accident ? Il retraçait quotidiennement la journée de Marie. S'étant levée de bonne heure, après une nuit tranquille et paisible (le calme avant la tempête de la lune de miel, en quelque sorte), elle était partie se préparer pour le grand moment. Il savait qu'elle était passée par le Starbucks' du coin afin de prendre son capucinno à la vanille : après trois années passées ensemble, Gaspard connaissait mieux que n'importe qui d'autre (et même les parents de Reine) ses habitudes et ses goûts. Il savait tout d'elle tant ne pas l'avoir dans sa vie lui était devenu inconcevable ; sa photo dans son porte-feuille, son emploi du temps placardé sur un mur de sa boutique, son numéro parmi ceux qu'il pouvait appeller en un clic, rien ne pouvait les séparer.

Elle était donc passée boire son café ... Et après ? Il l'ignorait. Était-elle partie s'occuper de la cuisine, ou avait-elle avant éte allée chercher sa robe ? Peut être avait-elle eu un rendez-vous avec ses demoiselles d'honneur aussi, c'était tout à fait possible ... En réallité, la seule chose dont Gaspard était persuadé, c'était que Marie lui avait promis qu'elle serait là, à l'église, à seize heures. Et il sait qu'elle n'y était pas allée, et qu'elle n'était jamais rentrée ... Du moins, pas encore.

Mais le temps passait, et il allait être en retard. Il était fleuriste, et il avait toujours ouvert les portes à huit heures tapantes. Attrapant une pomme sur le chemin vers la porte d'entrée, il se retourna une dernière fois, espérant voir Reine se précipiter de la salle de bain afin de venir déposer un baiser sur ses lèvres ... Malheureuseument, Gaspard savait que ça n'arriverait pas aujourd'hui. Il souffrait. Il avait mal. Elle lui manquait. Mais ses clients, eux, s'en fichaient. Ils se fichaient du fait que son coeur venait de se faire piétiner ainsi que de l'inquiète de plus en plus importante qui le consommait régulièrement, de plus en plus chaque jour.
Refermant la porte derrière lui, Gaspard tourna la clef à double-tour dans la serrure avant de la ranger dans sa poche et de descendre les escaliers avec nonchalence ... La journée s'annonçait longue ...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-marvel-rpg.forumactif.com
 

GASPARD ✈ you almost wish you could have all the bad stuff back, so that you could have the good.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Gaspard et le loup rose.
» Shéhérazade (Pierre Gaspard-Huit, 1963)
» persentation de gaspard le trappeur
» Réa Gaspard Ulliel graphite
» Gaspard, un petit ratton tout mignon!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
They Coined It :: Don't Try To Run Away From The Flood :: Banque de persos RP de Feu Ardent-