LOGO

AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 ♫ Robin J. Prince ♪ Anything That's Worth Having...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Admin



Messages : 515
Date d'inscription : 17/12/2009
Age : 21
Localisation : Sur le forum, en train de moderer vos paves de textes!

Feuille de Superheros/Supervillain - Mutant
Sexe: Masculin
Jauge de vie du Superheros/Supervillain - Mutant:
0/0  (0/0)

MessageSujet: ♫ Robin J. Prince ♪ Anything That's Worth Having...   Sam 9 Juin - 12:34


Robin James Prince

« 17 Ans ☞ 25·04·1994; New York ☞ Américano-Grec ☞ Célibataire ☞ Nouveaux Élèves »



looser like me?



« Attends, ne pars pas, je... je m'excuse! »

« Par.don? »

« Oui, je m'excuse, moi, Robin James Prince, l'homme le plus fier au monde; l'homme plus fier qu'un paon même se met à nu sous tes yeux pour implorer ton pardon. Et pourquoi donc? Parce que je ne veux pas te perdre; pas toi, je ne le survivrais pas. Tu es ma meilleure amie, et sans toi, je ne sais pas ce que je ferais! Je voulais juste pouvoir te consoler, je suis désolé, je n'aurais pas du me mêler de tes affaires! Je t'ai vu pleurer et je me suis senti si impuissant; j'avais tellement envie de... de faire quelque chose, car quand tu pleurs, bien que tu reste magnifique car tu enlèves tout ton maquillage les jours où tu es triste, j'ai envie de pleurer moi aussi. Parce que je tiens à toi, et que je ne veux pas qu'il t'arrive du mal... Parce que tu es une fille géniale, et que tu ne mérites pas d'être malheureuse. Alors oui, je suis allé voir ce gros nul, et je ne m'excuserais pas pour ce que je lui ai fait. Il t'a maltraitée; tu ne te rends pas compte que c'est la troisième fois qu'il t'a plaquée ce mois-ci? Pourquoi tu acceptes toujours ses excuses quand tu mérites tellement mieux? C'est ça, ce que je ne comprends pas. Alors sois fachée contre moi, je l'ai probablement mérité, mais sâche que tu es une fille géniale et que tu ne mérites pas tout ce malheur. Allez, sèche moi ces larmes, et allons manger de la glace. »

C'était ça Robin; avec ses qualités et ses défauts; sa manière de parler recherchée et riche en vocabulaire; ses cheveux méticuleusement ébouriffés avec du gel et son style vestimentaire tout aussi simple qu'élégant; oui, il détestait porter la même chose que les autres élèves, à savoir les jeans trop bas et les vêtements de marque; l'élégance était un point qui lui tenait à coeur et pour lui, c'était synonyme de simplicité. Toujours des couleurs sobres et similaires; toujours l'air sérieux et sage, c'était ça, sa devise. Avec ses qualités et ses défauts; comment ne pouvait-on pas l'aimer plus que tout? C'était le "Nerd" du lycée, vous savez, celui qui répond toujours « 17 » lorsque vous lui demandez sa pire note! Celui qui se fait aggresser, insulter et dont on se moque à longueur de journée, mais qui fait quand même vos devoirs et qui vous pardonne à chaque fois; celui qui aime tout le monde parceque son coeur est trop gros, et qui est souvent déçu par la mauvaise volonté de certains car il n'est habitué qu'à son caractère optimiste, pur et spontané, et non à celui des autres, plus sarcastique, mesquin et déprimé. Celui qui ne choisit jamais son moment pour venir vous parler, et c'est pour ça que vous l'envoyez souvent balader...

C'est celui qui, malgrè tous ses défauts, tels que son égo surdimmensionné, son dramatisme trop exagéré et son impulsivité qui lui cause parfois des regrets, nottament car il se dispute souvent avec ceux qui essaient de l'aider ou de lui faire comprendre qu'il a tort. En fait, il n'est pas parfait, non, loin de là: fier comme un paon, il veut toujours avoir raison, et s'imagine que les résultats scolaires jugent de l'intelligence de ses camarades; quelqu'un de trop franc et de compétitif; quelqu'un qui n'hésiterait pas à critiquer ouvertement les autres, bien qu'il ne le fasse que pour les aider à changer ce qui ne va pas. En fait, c'est quelqu'un de psychologiquement fragile, étant donné qu'il a vécu six années de sa vie isolé des autres; insulté chaque jour, frappé et aggressé; sans aucun soutien ni aucune épaule sur laquelle pleurer; le chouchou des professeurs, comme on l'appellait. Au moins, ça l'avait endurci, c'était indéniable. Non, Robin James Prince n'était pas parfait; c'était indéniable, mais il faisait du mieux qu'il le pouvait, non pas pour lui, mais pour les autres. Il ne voulait pas avoir l'air faible; il voulait simplement être normal. Il avait ses soucis, ses doutes, comme tout le monde: il se demandait si un jour, il trouverait l'amour; si un jour, il serait invité à aller au cinéma, ou au restaurant avec des gens qu'il appréciait, mais dès qu'il arrivait au collège, Robin se vidait la tête de toutes ces émotions qui le rongeaient de l'intérieur et qui le tuaient à petit feu pour essayer d'aider le plus de personnes possibles et de leur redonner la joie de vivre et le sourire.

Quelqu'un qui mange majoritairement de la nourriture saine, il refuse de boire et de fumer, et encore moins de faire l'amour à quelqu'un qu'il n'aime pas, car Robin est un romantique dans l'âme qui rêve de rencontrer son âme soeur et de vivre toute sa vie avec celle-ci. Un grand amateur de fruits rouges, il en mange tout le temps. Il faut avouer qu'en fait, Robin a un pêché-mignon: le glucose. Tant que quelque chose est commestible et sucré, il le goûtera avidemment. Quelqu'un de généreux, il partage tout ce qu'il a et offre souvent des preuves d'affection à ses amis. Il faut avouer qu'il en a aussi les moyens. Un artiste dans l'âme, il chante, dessine, danse, lit et écrit incessement; l'art, c'est sa vie. Il est assez sensible, et n'apprécie pas particulièrement les gens qui ne prennent pas leur vie en main ou qui prennent un malin plaisir en faisant souffrir leur entourage. Car il fallait se l'avouer, on est maître de son avenir, et ça ne tient qu'à nous de rendre les gens autour de nous heureux et de se rendre plus heureux également. Le vert, c'est sa couleur préférée, suivie de près du rouge et du violet, et ce sont les trois couleurs moins sobres qu'il accepte de porter régulièrement. Il écoute majoritairement le Broadway et le Pop, deux styles avec lesquels il a été élevé et qu'il aime plus que tout. Ce que Robin déteste plus que tout? L'hypocrisie: il veut bien être sympathique, mais il ne fera pas de quartier à ceux/celles qui médisent de lui ou de leurs ami(e)s derrière leur dos, car il n'y a rien de plus vil et de plus mesquin que ça. En tout et pour tout, c'est quelqu'un d'honnête et de respectueux; de sage et de sérieux, avec un coeur et une compassion d'une grandeur illimitée. Il a également une passion pour le patin à glace et le baseball, deux sports qu'il supporte de pratiquer, ainsi que pour la cuisine: n'est-ce pas merveilleux de pouvoir fabriquer soi même de délicieux petits plats?




It's A love story





« All At Once... I Had It All... But It Doesn't Mean Anything.... »

Il chantait. Il chantait de tout son coeur; à tue-tête, cherchant à retrouver en cette mélodie la joie et le calme qu'elle lui procurait d'habitude; malheursement, tout ce qu'il ressentait, c'était son malheur, le vide qu'il ressentait... Il se mit à sanglotter, ne pouvant plus contenir ses émotions... Garder son calme aussi longtemps, c'était impossible! Son visage se tordit de douleur émotionnelle tandis que de chaudes larmes coulaient le long de ses joues; partant de ses luisants yeux rouges pour tomber le long de son cou... C'était la goutte d'eau qui avait fait déborder le vase; l'élément en trop qui l'avait fait craquer.

Il venait d'annoncer à sa petite-amie, Leslie, deux nouvelles: la première, qu'il allait déménager pour Lima dans les plus brefs délais pour le travail de son père, un riche homme d'affaires, et la deuxième, qu'il ne lui avait pas dit toute la vérité... Il était bisexuel. Il se l'avouait finalement, et la première personne à qui il l'avait avoué était celle qui méritait le plus de le savoir, donc Leslie. Comme il l'anticipait, elle l'avait mal pris. Très mal pris. D'abord, elle l'avait giflé. Mais ce n'était qu'un début: elle avait enchaîné la suite par une série d'insultes dirigées envers lui, le maudissant et lui disant qu'elle ne voulait plus jamais le revoir. Puis, elle avait tourné les talons avant de partir, furieuse, laissant Robin entièrement décontenancé sur les marches des escaliers. C'était un vendredi soir, quelques semaines avant les vacances d'été. Il soupira, passant une main dans ses cheveux avant de se lancer sur une de ses chansons préférées, d'une de ses chanteuses préférées, Alicia Keys: Doesn't Mean Anything. En plus, elle correspondait parfaitement à la situation actuelle des choses entre lui et Leslie, qui l'avait quand même aidé à traverser de nombreuses épreuves dans sa vie. Fermant les yeux, Robin s'égosilla alors à exprimer ses sentiments au travers des paroles d'une autre; oui, cette Alicia avait décidemment du talent.



« All At Once... I Had It All... But It Doesn't Mean Anything.... »

Et c'est ainsi qu'on est revenu à la situation initiale, à savoir Robin en train de sanglotter, les mains couvrant son visage. Il en avait marre. Pourquoi ne pas juste en finir, là, tout de suite? Ce serait tellement plus facile! Non. Il ne le ferait pas. Il avait survécu toutes ces années, à travers toutes ces épreuves; subi tant de choses, et bien qu'il avait affronté la plupart de ses obstacles tout seul, Leslie l'avait énormément aidé à traverser les plus douloureuses, et surtout, les plus récentes. Qu'une fille aussi géniale s'intéresse à lui, il ne saurait jamais pourquoi, mais il était plus que reconnaissant que leurs destins avaient été liés, ne serait-ce que pendant deux années. C'était une belle fille, populaire, coquine, hypocrite et au fort caractère. Tout aurait poussé Robin à s'éloigner d'elle, mais au final, ils s'étaient rapprochés: au départ, c'était sa meilleure amie. Puis un jour, elle s'était fait plaquer par son petit-ami, et pour la consoler, Robin lui avait raconté tout ce qu'il n'avait jamais raconté à qui que ce soit auparavant, et elle l'avait écouté, et elle avait été émue et triste pour lui. Et là, ça avait été le coup de foudre, la révélation; leurs yeux se sont rencontrés et instantanément, leurs coeurs se mirent à fondre l'un pour l'autre. Quelque jours plus tard, Robin demanda à Leslie de devenir sa petite amie; offre qu'elle accepta, et il ne regrettait rien de l'année qu'ils avaient passé ensemble. Qui l'avait aidé à accepter le divorce de ses parents? C'était Leslie. Ceux-ci se disputaient régulièrement depuis de nombreuses années, et finalement, ce qui devait arriver un jour arriva: ils se séparèrent légalement, cherchant chacun à garder en leur possession ce qui comptait le plus pour eux, et donc, à se battre pour la garde de Robin. Il s'était renfermé au monde à cette époque là, restant dans son monde de musique et de lecture, et refusait à parler à ses parents et à ses camarades; il refusait même de parler à ses professeurs! La seule personne en qui il pouvait se confier, c'était Leslie.

Avec lui, elle avait toujours été honnête. Avec lui, elle avait toujours été compassionée. C'était probablement car elle avait de la peine pour lui, après tout ce qu'il lui avait raconté à propos de sa vie: son retard psychomoteur dû à une mauvaise co-ordination oeil-main, ce qui ne l'avait pas avantagé pour l'éducation physique; la mort de son jumeau à la naissance, qui (bien qu'il ne s'en souvenait absolument pas) l'avait néanmoins marqué; son accident, lorsqu'un taxi l'avait renversé sur le trottoir et suite auquel il avait été hospitalisé pendant deux mois; le premier pendant lequel il était dans un profond coma, le deuxième, passé seul, sans une seule visite hormis celles de ses professeurs et de ses parents. La manière dont on le frappait avec violence et aggressivité à l'école primaire; les insultes qu'on lui lançait; Anna la belle russe qui s'était servie de lui avant de profondément blesser son ego; Luke le gentil français qui lui avait extorqué ses secrets pour les diffuser au reste de ses camarades et le rendre sujet aux moqueries; oui, il lui avait tout raconté, et dans son regard, ça se voyait qu'elle avait été émue. C'était probablement à partir de ce jour qu'il savait qu'il l'aimait, et c'était pour ça qu'il lui avait demandé de sortir avec lui quelques jours après, proposition qu'elle accepta avec joie. Oui, elle l'avait aidé à survivre au divorce de ses parents, et il lui était infiniment reconnaissant pour cela. Jamais on n'avait été aussi sympathique avec lui; jamais on ne s'était autant interessé à lui, et ça lui faisait du bien que pour une fois, quelqu'un s'intéresse à ses soucis et soit là pour le consoler, alors que la plupart du temps, c'était à lui de consoler les autres. Seraient-ils restés ensemble une année de plus, Robin serait probablement allé plus loin avec elle. Mais ça ne s'était pas produit, et à présent, ça ne se produirait jamais: sa réaction à sa révélation équivalait une rupture, non?

Et puis, lorsqu'on y pensait, était-il vraiment sûr d'aimer les hommes également? Avait-il au moins déjà embrassé un homme? Non, jamais, et il doutait que ça ne lui arrive bientôt. Tout ce qu'il savait, c'était que depuis quelques semaines, lorsqu'il se changeait dans les vestiaires avec les autres lycéens, il était tenté de les examiner lorsqu'ils enlevaient leurs vêtements ou sortaient de la douche... Heureusement, il ne s'était pas laissé prendre à ses désirs, et pour cela, personne ne savait encore qu'il était attiré par la même gente que la sienne. Se levant lentement, son père l'attendait dehors, dans sa belle voiture bien chère: au final, Robin avait choisi d'aller à Lima avec lui; non pas car il n'aimait pas sa mère, mais parce que celle-ci était trop occupée par son travail de chanteuse professionnelle sur Broadway pour daigner s'occuper de lui. Il ne lui en voulait pas; il la comprenait: c'était son rêve, sa passion, et elle avait enfin eu sa chance de le réaliser. Aurait-il lui un jour sa chance de réaliser ses propres rêves? Il l'espérait. Soupirant, il entra dans la voiture aux côtés de son père.


« Prêt pour le grand départ, mon p'tit Rossignol? »

C'était ça le surnom que son père avait choisi pour lui, Rossignol. Personne d'autre ne l'avait jamais appellé ainsi, et il espérait que personne d'autre ne chercherait à l'appeller ainsi. Pourquoi ce nom? Pour deux raisons bien précises. La première étant que son prénom était une espèce d'oiseaux, la deuxième étant qu'il chantait tout le temps, mais uniquement lorsqu'il était tout seul ou lors d'un évènement important, et parfois (mais très rarement) lorsqu'il se trouvait avec des personnes en qui il avait confiance. Robin lui fit maladroitement un sourire qui signifiait un « Oui », sachant pertinnament que celui-ci le comprendrait, avant de regarder tristement le sol, se demandant si sa nouvelle vie allait être plus heureuse que celle qu'il venait de quitter à l'instant. Allumant son iPod, il enfila son casque avant de choisir l'option aléatoire sur l'appareil. Comme de par hasard, la chanson qui se mit à jouer était l'une de ses préférées, et qui correspondait parfaitement à la situation actuelle: Lost, de Katy Perry. Se mettant alors à la chantonner silencieusement, il se rappellait des évènements qui l'avait marqué au long de sa vie. On entendait souvent dire que ce qui ne nous tuait pas nous renforçait, mais étais-ce vrai? Quand on y pensait, qu'est-ce que toutes ses pertes et toutes ses douleurs passées lui avaient apportées de positif?

Il était à présent enfant unique, devant tout traverser tout seul, sans quelqu'un de strictement identique à ses côtés; sans quelqu'un qui le comprendrait plus que n'importe qui d'autre; plus que lui-même, étant donné qu'un jumeau, c'est l'autre moitié d'un individu. Non, au final, il était seul, et devait tout subir tout seul. Et cet accident: pourquoi donc avait-il été renversé par un taxi? Parce qu'une personne dépressive menaçait de se jeter sous les roues d'une voiture, et en tentant de l'empêcher de faire une bêtise, il s'était retrouvé à la place de cette personne: en essayant de lui sauver la vie, il avait failli perdre la sienne. En quoi était-ce bénéfique pour lui? Donc, lorsque l'on tentait d'aider les autres, quelque chose de mal nous arrivait, c'était ça? Il refusait d'y croire. Qui plus est, il était encore en vie, non? Certes, il avait encore un traumatisme mental en repensant à cet incident: il s'était retourné, horrifié de voir le véhicule jaune aller droit sur lui avant de sentir l'impact, pour au final voir du noir absolu et infini. Non seulement il avait failli y perdre sa vie, cette expérience avait été d'autant plus douloureuse pour lui car la vérité avait finalement éclaté au grand jour: il était seul; personne ne l'aimait à l'époque, et il l'avait compris lorsque tous les hypocrites qui lui souriaient dans les couloirs n'était pas venu ne serait-ce qu'une seule fois prendre de ses nouvelles. Encore une fois, rien de positif n'était venu de cette expérience. Quand au divorce de ses parents? Il n'avait qu'appris à quel point deux personnes autrefois folles l'une de l'autre pouvaient devenir vicieuses et cruelles; froides et distantes en si peu de temps. À ses yeux, tout s'était effondré en un instant: certes, ils s'étaient disputés avant, mais Robin s'était dit que ce n'était jamais assez grave au point d'en venir au divorce!

Oui, Robin avait énormément souffert dans sa vie, qui plus est par les actes et les paroles des autres, et non par les siens. Le pire? C'était qu'il n'avait jamais rien fait à qui que ce soit. Il n'avait jamais demandé à être intelligent, ou compassioné, ou généreux! Au moins, si l'une de ses peines lui avait appris quelque chose, c'était son expérience avec Anna et Luke: il avait appris à être un peu plus méfiant vis à vis des autres et à ne pas s'ouvrir au premier inconnu. Une larme perla néanmoins le long de sa joue lorsqu'il se demandait ce qu'il avait fait pour mériter ce qui lui était arrivé dans l'espace de 17 années et quelques; larme qu'il chercha à cacher de son père, pour ne pas lui causer de peine. Non: il était Robin James Prince. Avec un tel nom, comment pouvait-on être malheureux? Il allait avoir une nouvelle vie; peu de gens avaient ce luxe! Alors il allait faire du mieux qu'il le pouvait de la vivre comme il le fallait, et d'être heureux cette fois-ci. Après tout, ceux qui ne prenaient pas leur vie en main n'iraient jamais nulle part: non, il fallait de l'ambition, de la volonté, de la persévérence! Il serait cette fois-ci, et rien ne pourrait l'en empêcher. Regardant par la fenêtre, il observa une lourde pluie qui tombait à présent. Il adorait la pluie, car c'était la plus belle métaphore au monde pour symboliser le renouveau, le propre; pour symboliser l'épuration de nos erreurs et de nos fautes; pour nettoyer les saletés qu'on avait mises dans notre vie. C'était qui plus est quelque chose de tout simplement beau et de mélodieux, et en pensant ces mots, Robin s'endormit lentement afin de rêver de belles choses et d'un bel avenir... Un rêve qui pourrait devenir réalité. Ou non. Quoi qu'il en soit, son ancienne vie ne lui manquerait pas tellement, à part pour sa mère et Leslie: à présent il était libre; libre de ses persécuteurs, libre de s'exprimer, libre d'enfin vivre sa vie comme il le souhaitait sans jamais se sentir opprimé.


behind The screen



Alors voilà, moi c'est Feu Ardent (a), aussi connu en tant que Ard' ou "FeuFeu", selon les personnes avec qui je parle; j'ai 15 depuis le 25 Avril: oui, mes personnages sont toujours nés le même jour que moi, point. Je viens d'un coin appellé Hong-Kong, où j'suis tout seul, aucun autre rp-geur français y vit, donc je me sens toujours tout seul... J'ai choisi de prendre comme avatar : Colton Haynes car avouez que c'est la personne la plus sexy que l'on puisse trouver ! (En plus il est pas connu, donc je suis toujours sûr qu'il soit libre 8D) J'ai attéri sur le forum grâce Pub RPG Design, plus précisement Paranoïd & Drew. Je trouve que le forum est : beau vu que vous m'avez demandé de le dire XD Naaaan mais sérieusement, plaisanteries à part, je l'aime bien. J'ai juste à m'habituer à la mise en page originale des forums, mais ça viendra. Wink Le code du forum est ok by sexy Jess! En plus, je l'avais deviné après avoir lu le mot "Looser". x') Je crois bien que ma fiche est : Terminée, même si je vais relire mon histoire pour rectifier d'éventuelles fautes. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-marvel-rpg.forumactif.com
 

♫ Robin J. Prince ♪ Anything That's Worth Having...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Cook, Robin] Toxine
» [Cook, Robin] Fièvre
» [Romans] L'assassin Royal - Robin Hoob
» Fanarts Robin Hood BBC 2006
» [Hobb, Robin] Les aventuriers de la mer - Tome 8: Ombres et flammes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
They Coined It :: Don't Try To Run Away From The Flood :: Banque de persos RP de Feu Ardent-