LOGO

AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 MAXENCE T. POUBELLE ◭ and she will be loved.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Admin



Messages : 520
Date d'inscription : 17/12/2009
Age : 21
Localisation : Sur le forum, en train de moderer vos paves de textes!

Feuille de Superheros/Supervillain - Mutant
Sexe: Masculin
Jauge de vie du Superheros/Supervillain - Mutant:
0/0  (0/0)

MessageSujet: MAXENCE T. POUBELLE ◭ and she will be loved.   Dim 19 Aoû - 2:44

Maxence Théodore Poubelle

copyright avatar : money honey.

ton âge → 23 ans.
ton groupe → the lost song.
ton boulot → fils à papa. si, c'est un métier, sisi. Arrow
ta classe sociale → riche, donc.
ton caractère → narcissique ; cynique ; pessimiste ; froid ; narquois ; attentionné ; romantique ; défaitiste ; têtu ; susceptible ; semble distant, voire, même, insensible ; rancunier ; fataliste ; sympathique ; loyal ; volage ; généreux ; égoïste

ton pseudo → Feu Ardent
ton âge → 16 Ans

feat : Ed Westwick.
parce qu'on ne gagne pas toujours.

Les gens me demandent souvent ... Pourquoi. Pourquoi je n'ai pas effectué la procédure pour changer de nom ? Pourquoi est-ce que mon père n'a-t-il pas effectué cette même procédure une fois sa majorité acquise ? Ils ne comprennent pas ... Ils ne comprennent pas que c'est une fierté familiale, une histoire d'honneur ... Et pourtant, malgré le sarcasme, le cynisme et les moqueries des gamins immatures se croyant plus âgés qu'ils ne le seront jamais mentalement, je suis fier de mon nom. Et je ne souhaiterais jamais le changer pour rien au monde. C'est une histoire, une part de moi, et de ma famille. Eugène Poubelle. Mon ancêtre. Il était brillant, réputé, renommé ... Un bourgeois, venu de Caen. C'est grâce à lui que Paris est aujourd'hui bin plus qu'un tas d'ordures entassées à l'aveuglette par des petits merdeux sur leurs mobylettes, leurs clopes dans le bec, une paire de lunettes de soleil nichées sur leurs nez. Les gens n'arrivent pas à comprendre que nous puissions respecter la tradition et la gloire de notre ancêtre. Les gens ne comprennent jamais rien, de toutes manières. Bienvenue à ma vie.

23 ans. Célibataire. Et je l'assume. 23 ans. Je vis des ressources de mes parents. Et encore une fois, je l'assume ... Fidèle à ma réputation de "tombeur", de "bad boy", j'en ai fait, des vertes et des pas mûres ... Je pense que la fille du boulanger pourrait vous donner davantage de détails si cela vous intéressait vraiment ... Bien que j'en doute. Malgré tout, les apparences sont plus trompeuses qu'on ne le croit. Une vie à l'apparence "glamour" et enviable n'est autre qu'une vie comme les autres. Nous sommes tous là pour voir ce qu'il y a le lendemain, et rien d'autre. Car au final, c'est ça, notre véritable but. Survivre. Survivre, encore et toujours, s'accrocher autant que possible, afin d'essayer de faire le mieux des heures limitées que nous ont offertes les forces de l'univers.

Il ne me reste pas beaucoup d'heures devant moi. Du moins, j'en ai l'intime conviction.

J'ai fait des erreurs par mon passé, aha. J'en ai fait tellement qu'on ne peut même plus les compter sur le bout des doigts ... Et vas y que ça fume par ici, que ça couche par là, que ça se drogue par ici ... Un joint par ci, une pilule par là ... Le monde est rapidement résumé lorsqu'un individu ne se soucie pas des choses importantes dans la vie ... Ou plutôt, lorsqu'il accorde de l'importance au mauvaises choses. Le plaisir, le plaisir ... Toujours le plaisir ... Pourquoi faire aujourd'hui ce que l'on peut repousser au lendemain ? ... Et vas-y que je choque, que je provoque. J'ai peut être respecté l'honneur familial en conservant mon nom, mais je lui ai sans nul doute fait entrave avec mes frasques toutes plus outrageuses que leurs précédentes. J'ai fait tout ce qu'il ne fallait pas faire, en bon adolescent en pleine crise. Je n'oublierais jamais toutes les horreurs que j'ai pu dire à ma mère ... Quoi qu'elle les méritait, en vue de ce que je viens d'apprendre à son propos. La garce. Infidèle depuis sa nuit de noces. C'était donc ça, ses "voyages d'affaires" ? Pendant que mon père essayait de faire tourner travail et famille, cherchant un équilibre entre deux mondes qui défilaient à toute allure ... Mon père qui du coup, a fini par sombrer dans la profonde dépression de laquelle nous essayons tous, encore aujourd'hui, mais en vain, à l'en tirer ?

Nous sommes trois. Trois enfants ... Trois descendants d'Eugène Poubelle. Une nouvelle génération, comme certains diraient. Ni l'aîné, ni le cadet, je suis ... Celui du milieu. Et j'ai été traité de la sorte. Mon frère, il ... Il a toujours su se débrouiller, et être mieux que ce qu'on attendait de lui. Et maintenant, il gagne bien sa vie. Évidemment. Chirurgien. Tu parles. Une infime jalousie envers lui se cache en mon sein ... Et je le vis bien. Ma soeur. La 'chouchoute'. La peste. J'ai un frère tellement angélique qu'on aurait envie de lui foutre trois paires de baffes, et une soeur tellement démoniaque qu'on en vient à la craindre. Elle fait sérieusement flipper, cette sale folle. Et évidemment, à elle, on pardonne tout ... Tiens, je suis persuadé que si elle se réveillait, un matin, dans une ville lointaine, paumée, à l'écart de tout ce qu'elle avait connu, tel que Phoenix, sans savoir pourquoi elle était là, ni comment elle y était arrivée ... Je suis persuadé que nos parents auraient remué ciel et terre pour la retrouver.

Et après, y'a moi. Le "p'tit con". Le raté, quoi. Et je le vis bien ... Après tout, où est l'utilité de se faire du mal inutilement ? J'ai gâché ma vie, et maintenant, je fais le meilleur de l'épave qu'il me reste après cette auto-destruction volontaire. Maintenant, j'assume, je remonte mes bretelles, et je retrouve le courage viril qui faisait de moi un véritable homme. On peut pas dire que je n'avais pas mérité ça ... Et puis bon. Soyons francs. Ça aurait pu être largement pire. Au moins, j'ai encore ma carte bleue. Et elle marche. Et elle est bien remplie. La belle vie, quoi. (Arrow)

J'ai fait mon lot de conneries, ouais. J'ai baisé, fumé, couché ... J'ai fait tout ce qu'il ne faut pas faire, mais que la grande majorité des adolescents font dans leur vie. Parce qu'ils n'ont rien de mieux à foutre. Parce qu'ils sont trop flemmards pour travailler, trop faibles pour résister, et trop humains pour arrêter. Je me fichais royalement des études que j'avais à faire ... Ce qui expliquait la somme astronomique que mon père payait pour me garder en lycée privé. C'est un miracle, d'ailleurs, que j'ai passé mon BAC et que je l'ai réussi ... Ou pas ...

Ma première fois ... J'avais 15 ans. Eh ouais. Ça commence tôt. Et encore, j'en connais, c'est encore pire ... Et c'était pas glorieux glorieux. Bourré jusqu'aux trous de nez, avec la pétasse du lycée ... Une meuf canon à souhait mais avec qui sentimentalement, ça n'aurait pas du tout accroché. Après tout, les mecs, c'est toujours pareil : ça épouse des saintes pour baiser des putes. Dans les vestiaires, comme dans les films ... Non, on ne se gène pas. J'ai connu des inconnus, des inconnues, qui se précipitaient dans mon lit ... Ou parfois, c'était moi qui me précipitait dans le leur.

Et puis, j'ai rencontré Katya.

Katya, Katya ... Ma belle, ma douce Katya ... C'était pas dans un club, ni dans un pub, ni dans un strip club ... Mais bien dans un parc. En plein jour. Ahaha. Dire que certains de mes amis en étaient venus à me traiter de lycan tant je vivais la nuit, et non le jour ... Et puis, elle m'a changé. Elle et ses belles bouclettes russes brunes. Elle et son petit rire qui avait eu le don de me faire frissonner de la tête aux pieds tant il me hantait. Son sourire immaculé était l'une des seules choses capables de tirer d'entre mes dents un sourire. Un véritable sourire. Pas cette courbure narquoise de lèvres qu'on avait par associer avec ce que j'appelle mon visage.

Je l'aimais. Vraiment. De toute mon âme, c'était la seule, l'unique, la première et la dernière chose que je n'ai jamais aimé, et aussi fort, qui plus est.

Fiancés.

Nous nous étions fiancés ... Nous allions nous marier, avoir des enfants ... Et puis, il y a eu les résultats d'analyse. Mes mains tremblant contre la feuille de papier aussi raide qu'une lame, avec pour seule imperfection les plis qui avaient été nécessaires pour la ranger dans l'enveloppe ... Moi qui avait pris l'habitude de repousser les choses au lendemain, d'être libre comme l'air, de voler comme un papillon dans le vent, d'une fleur à l'autre. Moi qui avait fini par adopter un mode de vie qui consistait, vraiment, au fond, à jeter de côté tout obstacle, tout problème, toute entrave à ma liberté ... Moi qui venais enfin d'être rattrapé par la dure réalité de mes erreurs passé.

Tout laisse des traces. Tout laisse des cicatrices. Nous ne sortons jamais indemnes des durs combats de la vie. Et ça, je l'ai vécu suffisamment pour finir par le comprendre.

Séropositif. Le nom résonne dans ma tête comme une malédiction, un douloureux mauvais sort, amer, encore plus amer que le citron ... Une affliction contre laquelle on se croit immunisé, jusqu'à ce qu'elle vienne toquer à notre porte. Ses yeux bleus, autrefois si pétillants, brillaient à présent d'un espoir maladif à m'en fendre le coeur. Un espoir brisé, un espoir qui n'en était plus vraiment un ... Elle m'avait vu, trembler, assis sur ce canapé, cette lettre entre les mains. Elle avait témoigné du triste spectacle, elle, cette déesse en pleine apogée, resplendissante dans toute sa perfection, dans toute sa splendeur. Elle avait porté une main à son coeur, me demandant ce qu'il en était ... Et bien que je l'espérais autrement, je savais, au fond de moi, que c'en était fini, le bel avenir, la belle vie, la maison blanche, les enfants ... Elle, moi, heureux ... Ce n'était plus qu'un mythe que j'étais sur le point de briser.

Je suis persuadé que je le portais, ce jour là. J'en suis même certain. Ce sourire cynique, presque narcissique que j'arborais si souvent ... Quoi que. Il devait plutôt avoir l'air torturé, ce visage. Entre le sourire victorieux et inexpressif, froid, cruel, même, qui ne me quittait jamais, et ce, depuis bien des années ... Et le regard douloureux et pétillant qui trahissait sans nul doute toutes les pensées que j'essayais de réprimer, que j'essayais de cacher. On m'a toujours dit que les yeux étaient le miroir de l'âme ... Mais je pense que ce n'est que ce soir là que je l'ai vraiment compris.

- Séropositif. crachais-je alors d'un ton méprisant, mais surtout, douloureux. Je suis séropositif. Haha. J'y crois pas ... Comme si j'avais une chance d'avoir une belle vie. Je suis tellement con, bordel !

Ses mains sur mon torse. Ses mots doux dans mon oreille. Ses cheveux devant mon nez. Elle avait essayé de m'apaiser ... Mais je n'étais que rage, fureur, et frustration. Elle méritait tout. Vraiment. La belle maison, le mari parfait, les enfants riant dans le jardin, une vie accomplie, une vie épanouie ... Elle méritait le bonheur plus que quiconque que je connaissais. Et rien au monde ne pourrait compenser pour ça. Je ne pouvais plus parler ... Je ne pouvais rien dire. Muet. De marbre. Tétanisé. J'étais resté assis ... Je crois même que j'avais arrêté de respirer, un instant ou l'autre. Et puis, je suis parti. Sans dire un mot ... Je suis parti, et je ne l'ai plus jamais revue ... Elle mérite mieux, tellement mieux. Et je m'en voudrais à tout jamais de m'être gâché. D'être sombré dans cette ère de dépravation qui avait fait de moi un fiancé imparfait. Je m'en voudrais, de ne plus jamais revoir son sourire ... Ce sourire que j'aimais tant ...

C'est la dernière chose dont je me souviens. Je me réveille. Il fait chaud. C'est l'été. Je suis dans une chambre que je ne connais pas. J'ai mal à la gorge, au ventre, au cou ... J'ai mal partout. Je me lève. Je regarde dans un miroir. Des griffures ornent mon torse, ainsi que mes épaules. Je n'ose même pas imaginer l'état de mon dos. Le regard dur, je garde mon sang froid. Je suis perdu, mais je ne le montre pas. Une fille sans nul doute brésilienne sort de ce qui semble être une salle de bain. Elle commence à me parler en ... Est-ce de l'anglais ? Oui, en anglais ...

- Welcome to Phoenix, Mister Pou-Belle.

Elle rit, insouciante. Je reste de marbre. Je n'ai pas envie de rire. J'ai mal. Pas au dos, pas aux épaules, ni même au cou. J'ai mal au coeur.

Elle part, et ainsi, je reste seul, perdu ... Comme mon âme l'a toujours été. Cette pauvre âme qui erre depuis des années dans un corps de macchabée.


Mais qui sans amour existe ? .


que signifie le terme d'amour pour ton personnage ? → souffrance. ce que tout le monde mérite d'avoir ... sauf lui. Arrow il adorerait se marier, avoir des enfants, nanana, lalala, tralala, tout le blablabla (ok j'arrête. Arrow) mais se croit comme "damné" depuis qu'il sait qu'il est séropositif, étant donné que toute sa vie, il pourra contaminer ses conquêtes du VIH. certes, les préservatifs, ce n'est pas pour les cochons ... mais maxence voulait des enfants, et à moins de faire recours à la science (et il ne voudrait jamais le faire Arrow ), maxence ne pourra jamais avoir des bébés sans risquer de contaminer sa future épouse ainsi que le futur nourisson. Arrow conclusion ; maxence préfère ne pas penser à l'amour, ça le déprime trop.

quel est le statut amoureux de ton personnage ? → il est compliqué. techniquement, maxence est encore fiancé ... (et faut être barge pour vouloir s'appeller mme. poubelle ! elle devait sans doute venir d'afrique, celle là ! mais bref, j'épilogue là. Arrow ) mais vu qu'il a abandonnée Katya (nan, en fait, elle est russe What a Face), bah ... il est célibataire. mais il risque d'avoir une relation compliquée sous peu.

quelles sont les préférences sexuelles de ton personnage ? bisexuel. maxence est bisexuel. mais il préfère les femmes, en fait. et quand il le fait avec les hommes, il est en actif, hein. Arrow il a dû être passif une ou deux fois, et ça a pas du lui plaire tant que ça, je pense. Arrow mais les femmes c'est plus son truc, d'où les fiançailles. juste que ça lui dérange pas de coucher avec d'autres hommes.

comment ton personnage se voit-il dans l'avenir, du point de vue amoureux ? → il le voit mal, il le vit mal, et du coup, il se plonge dans la débauche. alcool, drogues, sexe - avec protection, ne vous déplaise - tous les coups sont permis pour oublier son désarroi parce qu'il sait que son avenir est plus ou moins foutu. enfin, il le croit. après, on verra bien ce qu'il lui réserve, l'avenir. Arrow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-marvel-rpg.forumactif.com
 

MAXENCE T. POUBELLE ◭ and she will be loved.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Comme rien ne va de suite à la poubelle
» L'homme poubelle
» Recyclage / Poubelle (*)
» Matériel de récup : Poubelle la vie !
» Boîte mail :poubelle

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
They Coined It :: Don't Try To Run Away From The Flood :: Banque de persos RP de Feu Ardent-