LOGO

AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 JACK BENJAMIN HARPER ♦ please don't stand so close to me, i'm afraid of what you'll see.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Admin



Messages : 520
Date d'inscription : 17/12/2009
Age : 21
Localisation : Sur le forum, en train de moderer vos paves de textes!

Feuille de Superheros/Supervillain - Mutant
Sexe: Masculin
Jauge de vie du Superheros/Supervillain - Mutant:
0/0  (0/0)

MessageSujet: JACK BENJAMIN HARPER ♦ please don't stand so close to me, i'm afraid of what you'll see.   Ven 24 Aoû - 0:30


Jack Benjamin Harper
FEATURING TOMAS SKOLOUDIK
NOM : PRENOM(S) : AGE : LIEU DE NAISSANCE : PROFESSION / ETUDES : SIGNE ASTROLOGIQUE : ORIENTATION SEXUELLE : STATUT SOCIAL : LE PERSONNAGE EST : Harper Jack & Benjamin 26 Ans Houston, Texas, aux USA Instituteur de Primaire Sagittaire. Bisexuel En Couple ... Compliqué On va dire Inventé

DESCRIPTION DU CARACTÈRE
Jack ? C'est le genre de bonhomme capable de bien cacher son jeu lorsqu'il en a vraiment envie. Prenez, par exemple, son occupation actuelle. Instit'. C'est pas censé être beau, gentil, aimable et patient, un instit' ? C'est pas celui qui est bien coiffé et qui sent bon ? C'est pas, genre, le deuxième père, le modèle masculin sur lequel les petits garçons se cadrent et les petites filles fantasment ? L'homme parfait, en somme ? Si. Et c'est bien pour ça qu'il ne porte pas de jeans pour aller au travail, que ses vêtements sont un temps soit peu élégants et que sa patience d'or n'a pas d'égale. Les mères d'élèves, en admiration béate devant lui, ne cessent de faire l'éloge du fameux "Monsieur Harper" lors de leurs "tea times" londonniens, tandis que les pères le trouvent tous sympathique à souhait et n'hésitent pas à l'inviter à leurs soirées bowling. Et pourtant, malgré son sourire étincelant et ses éclatants yeux verts, Jack passe énormément de temps à réprimer nombreuses facettes de sa personnalité.

En effet, derrière les lunettes de soleil et le - so sexy - accent du far west - j'ai nommé le Texas - Jack peut, à ses heures perdues, être la dernière des Ordures mondiales. Avec un O majuscule, ne vous déplaise. "Jack, il a peut être un sourire communicatif, mais son sourire est souvent faux. Jack, on sait jamais ce qu'il pense. Jack, il est fainéant, il veut jamais rien faire, et en plus, il crie pour un rien. Jack, c'est jamais de sa faute, c'est toujours de la votre." Telles sont les histoires déblatées par l'innombrable harem de femmes et d'hommes avec lequel il aurait pu prétendre avoir une relation plus que sexuelle, d'envergure pseudo-romantique, ne serait-ce que l'espace d'une semaine. Et ces histoires ne sont pas vraiment fausses.

Jack, c'est pas qu'il ment toujours, c'est qu'il n'a jamais connu que le mensonge. Sa vie est un mensonge, son apparence est un mensonge ... La seule personne qui la connaît réellement est celle assez stupide pour le laisser s'approcher d'elle et assez lucide pour finir par éventuellement le craindre. Jack ne dit jamais ce qu'il pense, parce que Jack ne pense pas. Il agit, et réagit. Souvent, au quart de tour. Parfois, violemment. Et ça tape, et ça claque, et ça cogne, et on entend des bruits de verre cassé - ou du moins, on croit entendre - par dessus la télévision qui beugle à trois heures du matin, le volume mis à la puissance maximale, dans le petit appartement londonien. Jack est un dur, il a été éduqué aux manières du Texas, et n'a jamais su s'en défaire. Jack, il est pas fainéant, il est fatigué. Maintenir une vie sociale est tâche exténuante, d'autant plus lorsque nous sommes en plus contraints de garder en place une image de nous autre que la réalité tout en s'assurant une stabilité de l'emploi, et donc, du revenu. Certes, ce n'est jamais de sa faute, à Jack, mais ça, c'est parce que c'est son monde, c'est sa vie, et si vous êtes dedans, vous devez vivre en suivant ses règles. Après tout, il l'a suffisament fait avec celles des autres par le passé pour avoir mérité le droit d'imposer les siennes à son tour.

Est-ce que ça veut dire que Jack est un monstre ? Non, absolument pas ... Si sa main est trop baladeuse, c'est simplement parce que vous êtes une prude. Si vous le jugez infidèle, c'est que vous êtes paranoïaques et avez des problèmes de confiance. S'il vous plaque, c'est parce que vous avez cru que ses "je t'aime" étaient de véritables déclarations enflamées, et non des gages d'appréciation sans plus. Mais Jack sait aimer. Il l'ignore simplement lui même. Et Jack est gentil, oh oui, très gentil, tant que vous gardez vos distances, ne le contrariez pas, et ne touchez pas à ce que ou ceux que lui aime.

Jack, il n'est dangereux qu'aux gens qui s'approchent trop de lui, parce que ce ne sont qu'eux qui sont capables de voir, et donc, de souffrir à cause de la pourriture qu'il est réellement. Jack, c'est le trou au fromage, plutôt que le fromage troué. C'est celui qui a tout perdu, et qui a du se relever dans la nuit pour reconstruire tout ce qu'il avait avant. Et une fois que tout ce travail herculéen a été effectué ... Il est devenu incapable de fournir plus d'efforts que nécessaires. Notamment dans le domaine de la compréhension des autres. Et c'est bien ce qu'on lui repproche.
©️ Feu Ardent


SOMEBODY THAT I USED TO KNOW
QUELQUES QUESTIONS ET APRÈS ON TE LAISSE TRANQUILLE !
RACONTE-NOUS UN PEU TON ENFANCE, TON PASSÉ ▷ Se taire. Se laisser faire. Telle est la prérogative des petits garçons innocents et sans défenses. Voir. Oublier. Ou tout du moins, faire semblant d'oublier. D'oublier chaque coup infligé par un ivrogne sur sa femme enceinte. D'oublier les cris de détresse et de douleur. D'oublier la peur ... La peur que ça finisse par nous arriver, à nous. La peur que cet univers qu'on connaît si bien finisse par se dissiper pour laisser place à un monde plus obscur et plus sombre. La peur que tout s'écroule, que le château de cartes s'effondre et que le prince se retrouve déchu en un battement de cils.

J'ai toujours été bon à l'école. Principalement parce que je n'avais rien d'autre à faire lorsque j'étais chez moi. En effet, je ne fais pas partie de ceux qui éprouvent de la satisfaction face à la douleur physique des autres. Au contraire, j'ai remarqué que ça me met hors de moi. Comme pas mal de choses d'ailleurs.
Réservé. Docile. Calme. Et puis un jour, on craque. La tempête se lève, les flots se déchaînent. Et un "moi" indomptable apparaît. J'avais quinze ans. J'avais quinze ans le jour où j'ai tué mon père. De mes mains nues ... De mes mains nues je me suis jeté sur lui, et mon corps a pris une vie de lui même. Un coup. Puis deux. Puis ... J'ai fini par perdre le compte tant je voyais rouge. Le monde autour de moi tournait avant de disparaître progressivement, jusqu'à ce qu'il ne reste plus que lui et moi dans mon champ de vision. Et le sang, tant de sang, qui montait le long de ma chemise à carreaux tel des bestioles assoifées de violence et de vengeance.

Et puis, le calme s'imposa. Un gémissement douloureux, émi de ses lèvres. Un regard accusateur, terriblement accusateur, horrifié, et pourtant, reconnaissant, de la part de ma mère. Une prise de conscience de la mienne. Je regardai mes mains. Je saignais ... Non. Il saignait. Ou plutôt, avait saigné. Il avait vécu. Ce monstre avait vécu. Et pour se débarasser de lui, il avait fallu que j'en devienne un à mon tour.
J'avais froid. Tellement froid ... "You fucking slut", qu'il l'avait appellée avant de l'assener de coups de pied. Je n'avais pas supporté ça. Et du jour au lendemain, le sage et timide petit Jack était devenu un gros dur qui n'hésitait pas à remettre les autres à leur place s'ils faisaient des conneries ou s'ils me faisaient chier. Ma mère y compris.

À cause d'elle, j'étais devenu un meurtrier. Et elle en souffrirait les conséquences chaque jour de sa vie, elle et les deux soeurs qui sont venues après moi. Ça avait été notre secret, à tous les deux. On avait trainé le corps de cette ordure dans la boue jusqu'au jardin, un soir de pluie. Puis, on s'est mis à creuser. Et comme ça, Alex Harper disparut de la circulation. Il avait "abandonné sa femme et ses trois enfants", apparement. Si seulement ils savaient. Ils ne sauront jamais. De toutes manières, ce ne serait pas la première fois que ce genre de 'disparitions' ait lieu dans le quartier. Nous étions tous pourris jusqu'aux os, sans exceptions. Moi y compris.

Et je le serais toujours.

COMMENT TU VOIS-TU ACTUELLEMENT ▷ J'ai 26 ans, et je le vis bien. Un appartement deux étages, un emploi stable, et une penderie idéale pour faire ressortir les diverses facettes de ma personnalité. Tous les matins, je me lève, et je me retrouve aux côtés du même type, vous savez, le beau là, plus jeune que moi au regard innocent, terriblement innocent ... Et pourtant, coriace, terriblement coriace. J'aime bien être avec lui. Ça fait un an que ça dure, et ce qu j'aime, chez lui, c'est cette force de caractère qui fait que quoi que je lui jette à la gueule, il saura toujours se défendre.

J'ai 26 ans, et je suis une ordure. Apprenez à vivre avec. Je couche à droite à gauche, j'ai autant de principes que de pages dans un livre pour enfants et si j'ai assez d'argent pour vivre convenablement, j'en ai trop pour savoir ce qu'est la modestie. Une fois sur deux j'passe une nuit chez mon mec - je suppose que je devrais l'appeler comme ça, vu que c'est plus ou moins ce qu'il est - et on s'engueule. C'est après qu'on fait l'amour.

Je viens du Texas, et franchement, ça me manque. Mais je devais partir pour changer de vie. Ce que je n'aime pas du tout, par ici, c'est la pluie. J'adore les enfants, par contre. J'adore les enfants, oui. Tous ceux que j'enseigne. Car oui, ça fait bien trois ans que je suis instituteur dans cette école primaire privée de bourges dont je n'aurais que pu rêver l'existence pendant mon enfance. Et malgré le sale caractère de bon nombre de ces mioches, je les adore tous. Et c'est réciproque, je pense. Leurs parents m'adorent, en tout cas, et c'est déjà pas mal.

Ça fait huit ans que je suis ici, dont six sans avoir donné de nouvelles à ma mère et à mes soeurs. Elles ont essayé de m'appeller, oh, ça oui ... Et elles peuvent toujours courrir pour me joindre un jour. Elles peuvent d'ailleurs crever, pour tout ce que ça m'importe. Elles sont déjà mortes à mes yeux donc bon.

COMMENT ENVISAGES-TU L'AVENIR ▷ Oulaa, la question de chien. Comment vous le voyez, vous, votre avenir ? Avec une belle maison blanche, une clôture de piquetage, des monstres braillards et un four humain à vous côtés ? Que voulez vous que j'en sâche ? On va tous crever un jour, point, à la ligne, pas la peine d'épiloguer ! Est-ce-que je finirais heureux ? Sans doute ! Marié ? Tant que ça n'inclut pas la fidelité, pourquoi pas ? Avec des gosses ? Ahahaha ça non, jamais de ma vie, j'en ai déjà bien assez à faire avec les énargumènes de l'école.

LE PLUS BEAU JOUR DE TA VIE ▷ Vous me faites une belle jambe, là ! Il est bien difficile de choisir un jour plus beau qu'un autre quand la vie elle même est à croquer à pleines dents ! (Surtout depuis que mon père est 'parti') Néanmoins, si j'avais à faire un choix, je pense que je noterais deux dates dans mon répertoire : premièrement, celle de ma première rencontre avec Oskar, étant donné que c'est lui qui assouvit une grande majorité de mes besoins. Néanmoins, ce serait mentir que de dire que je n'ai pas été au summum du bonheur le jour où j'ai reçu mon premier salaire. En effet, cela marquait officiellement le début de ma nouvelle vie. J'allais enfin pouvoir m'acheter de belles choses, et vivre par moi même. N'est-ce pas magique ?

SI TU POUVAIS CHANGER UNE SEULE CHOSE ▷ Je ne changerais rien. Ma vie est parfaite, telle quelle. Même si certains persistent à penser qu'avoir été 'élevé' dans l'environnement où j'ai grandi ait affecté mon développement moral, je me dis qu'au final, avoir eu les parents que j'ai eu ne me dérange pas pour le moins du monde. Je serais certes peut être plus agréable qu'à l'heure actuelle mais tant que les gens ne se plaignent pas ouvertement de mon caractère, je me fous totalement du fond de leur penséé.


Y A QUELQU'UN DERRIÈRE L'ECRAN
ET SINON DANS LA VIE T'AIMES QUOI PETIT PUDDING ?
TON PSEUDO ▷ Feu Ardent. TON AGE ▷ 16 Ans. BLANC OU NOIR ▷ Blanc. NUIT OU JOUR ▷ Jour. DEHORS OU DEDANS ▷ Dedans. CHIEN OU CHAT ▷ Aucun. PLUIE OU SOLEIL ▷ Les Deux Selon l'Humeur ; Plutôt Pluie Là Arrow . SAISON PRÉFÉRÉE ▷ Le Printemps. COULEUR PRÉFÉRÉE ▷ Le Vert. BOISSON PRÉFÉRÉE ▷ Spriiiite. PLAT PRÉFÉRÉ ▷ J'aime de tout. UN TRUC A AJOUTER ▷ Si vous avez rien à faire, comparez avec Sophie, p'tête que les réponses sont pas 100% indentiques xD. COMMENT TU AS CONNU LIL ▷ Par Papa Pu à la retraite Arrow .


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-marvel-rpg.forumactif.com
avatar
Admin



Messages : 520
Date d'inscription : 17/12/2009
Age : 21
Localisation : Sur le forum, en train de moderer vos paves de textes!

Feuille de Superheros/Supervillain - Mutant
Sexe: Masculin
Jauge de vie du Superheros/Supervillain - Mutant:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: JACK BENJAMIN HARPER ♦ please don't stand so close to me, i'm afraid of what you'll see.   Sam 10 Nov - 8:12


©️ feu ardent

Jack Benjamin Harper
Featuring Tomas Skoloudik
NOM ▷ Harper. PRENOM(s) ▷ Jack Benjamin. AGE ▷ 26 Ans. LIEU DE NAISSANCE ▷ Houston, Texas, aux États-Unis d'Amérique. PROFESSION / ETUDES ▷ Instituteur de Primaire. SIGNE ASTROLOGIQUE ▷ Sagittaire. ORIENTATION SEXUELLE ▷ Bisexuel. STATUT SOCIAL ▷ Célibataire. LE PERSONNAGE EST ▷ Inventé. GROUPE ▷ This is War.


I am what I am
Description du caractère
Jack ? C'est le genre de bonhomme capable de bien cacher son jeu lorsqu'il en a vraiment envie. Prenez, par exemple, son occupation actuelle. Instit'. C'est pas censé être beau, gentil, aimable et patient, un instit' ? C'est pas celui qui est bien coiffé et qui sent bon ? C'est pas, genre, le deuxième père, le modèle masculin sur lequel les petits garçons se cadrent et les petites filles fantasment ? L'homme parfait, en somme ? Si. Et c'est bien pour ça qu'il ne porte pas de jeans pour aller au travail, que ses vêtements sont un temps soit peu élégants et que sa patience d'or n'a pas d'égale. Les mères d'élèves, en admiration béate devant lui, ne cessent de faire l'éloge du fameux "Monsieur Harper" lors de leurs "tea times" londonniens, tandis que les pères le trouvent tous sympathique à souhait et n'hésitent pas à l'inviter à leurs soirées bowling. Et pourtant, malgré son sourire étincelant et ses éclatants yeux verts, Jack passe énormément de temps à réprimer nombreuses facettes de sa personnalité.

En effet, derrière les lunettes de soleil et le - so sexy - accent du far west - j'ai nommé le Texas - Jack peut, à ses heures perdues, être la dernière des Ordures mondiales. Avec un O majuscule, ne vous déplaise. "Jack, il a peut être un sourire communicatif, mais son sourire est souvent faux. Jack, on sait jamais ce qu'il pense. Jack, il est fainéant, il veut jamais rien faire, et en plus, il crie pour un rien. Jack, c'est jamais de sa faute, c'est toujours de la votre." Telles sont les histoires déblatées par l'innombrable harem de femmes et d'hommes avec lequel il aurait pu prétendre avoir une relation plus que sexuelle, d'envergure pseudo-romantique, ne serait-ce que l'espace d'une semaine. Et ces histoires ne sont pas vraiment fausses.

Jack, c'est pas qu'il ment toujours, c'est qu'il n'a jamais connu que le mensonge. Sa vie est un mensonge, son apparence est un mensonge ... La seule personne qui la connaît réellement est celle assez stupide pour le laisser s'approcher d'elle et assez lucide pour finir par éventuellement le craindre. Jack ne dit jamais ce qu'il pense, parce que Jack ne pense pas. Il agit, et réagit. Souvent, au quart de tour. Parfois, violemment. Et ça tape, et ça claque, et ça cogne, et on entend des bruits de verre cassé - ou du moins, on croit entendre - par dessus la télévision qui beugle à trois heures du matin, le volume mis à la puissance maximale, dans le petit appartement londonien. Jack est un dur, il a été éduqué aux manières du Texas, et n'a jamais su s'en défaire. Jack, il est pas fainéant, il est fatigué. Maintenir une vie sociale est tâche exténuante, d'autant plus lorsque nous sommes en plus contraints de garder en place une image de nous autre que la réalité tout en s'assurant une stabilité de l'emploi, et donc, du revenu. Certes, ce n'est jamais de sa faute, à Jack, mais ça, c'est parce que c'est son monde, c'est sa vie, et si vous êtes dedans, vous devez vivre en suivant ses règles. Après tout, il l'a suffisament fait avec celles des autres par le passé pour avoir mérité le droit d'imposer les siennes à son tour.

Est-ce que ça veut dire que Jack est un monstre ? Non, absolument pas ... Si sa main est trop baladeuse, c'est simplement parce que vous êtes une prude. Si vous le jugez infidèle, c'est que vous êtes paranoïaques et avez des problèmes de confiance. S'il vous plaque, c'est parce que vous avez cru que ses "je t'aime" étaient de véritables déclarations enflamées, et non des gages d'appréciation sans plus. Mais Jack sait aimer. Il l'ignore simplement lui même. Et Jack est gentil, oh oui, très gentil, tant que vous gardez vos distances, ne le contrariez pas, et ne touchez pas à ce que ou ceux que lui aime.

Jack, il n'est dangereux qu'aux gens qui s'approchent trop de lui, parce que ce ne sont qu'eux qui sont capables de voir, et donc, de souffrir à cause de la pourriture qu'il est réellement. Jack, c'est le trou au fromage, plutôt que le fromage troué. C'est celui qui a tout perdu, et qui a du se relever dans la nuit pour reconstruire tout ce qu'il avait avant. Et une fois que tout ce travail herculéen a été effectué ... Il est devenu incapable de fournir plus d'efforts que nécessaires. Notamment dans le domaine de la compréhension des autres. Et c'est bien ce qu'on lui repproche.
©️ Feu Ardent



SOMEBODY THAT I USED TO KNOW
QUELQUES QUESTIONS ET APRÈS ON TE LAISSE TRANQUILLE !
RACONTE-NOUS UN PEU TON ENFANCE, TON PASSÉ ▷ Se taire. Se laisser faire. Telle est la prérogative des petits garçons innocents et sans défenses. Voir. Oublier. Ou tout du moins, faire semblant d'oublier. D'oublier chaque coup infligé par un ivrogne sur sa femme enceinte. D'oublier les cris de détresse et de douleur. D'oublier la peur ... La peur que ça finisse par nous arriver, à nous. La peur que cet univers qu'on connaît si bien finisse par se dissiper pour laisser place à un monde plus obscur et plus sombre. La peur que tout s'écroule, que le château de cartes s'effondre et que le prince se retrouve déchu en un battement de cils.

J'ai toujours été bon à l'école. Principalement parce que je n'avais rien d'autre à faire lorsque j'étais chez moi. En effet, je ne fais pas partie de ceux qui éprouvent de la satisfaction face à la douleur physique des autres. Au contraire, j'ai remarqué que ça me met hors de moi. Comme pas mal de choses d'ailleurs.
Réservé. Docile. Calme. Et puis un jour, on craque. La tempête se lève, les flots se déchaînent. Et un "moi" indomptable apparaît. J'avais quinze ans. J'avais quinze ans le jour où j'ai tué mon père. De mes mains nues ... De mes mains nues je me suis jeté sur lui, et mon corps a pris une vie de lui même. Un coup. Puis deux. Puis ... J'ai fini par perdre le compte tant je voyais rouge. Le monde autour de moi tournait avant de disparaître progressivement, jusqu'à ce qu'il ne reste plus que lui et moi dans mon champ de vision. Et le sang, tant de sang, qui montait le long de ma chemise à carreaux tel des bestioles assoifées de violence et de vengeance.

Et puis, le calme s'imposa. Un gémissement douloureux, émi de ses lèvres. Un regard accusateur, terriblement accusateur, horrifié, et pourtant, reconnaissant, de la part de ma mère. Une prise de conscience de la mienne. Je regardai mes mains. Je saignais ... Non. Il saignait. Ou plutôt, avait saigné. Il avait vécu. Ce monstre avait vécu. Et pour se débarasser de lui, il avait fallu que j'en devienne un à mon tour.
J'avais froid. Tellement froid ... "You fucking slut", qu'il l'avait appellée avant de l'assener de coups de pied. Je n'avais pas supporté ça. Et du jour au lendemain, le sage et timide petit Jack était devenu un gros dur qui n'hésitait pas à remettre les autres à leur place s'ils faisaient des conneries ou s'ils me faisaient chier. Ma mère y compris.

À cause d'elle, j'étais devenu un meurtrier. Et elle en souffrirait les conséquences chaque jour de sa vie, elle et les deux soeurs qui sont venues après moi. Ça avait été notre secret, à tous les deux. On avait trainé le corps de cette ordure dans la boue jusqu'au jardin, un soir de pluie. Puis, on s'est mis à creuser. Et comme ça, Alex Harper disparut de la circulation. Il avait "abandonné sa femme et ses trois enfants", apparement. Si seulement ils savaient. Ils ne sauront jamais. De toutes manières, ce ne serait pas la première fois que ce genre de 'disparitions' ait lieu dans le quartier. Nous étions tous pourris jusqu'aux os, sans exceptions. Moi y compris.

Et je le serais toujours.

COMMENT TU VOIS-TU ACTUELLEMENT ▷ J'ai 26 ans, et je le vis bien. Un appartement deux étages, un emploi stable, et une penderie idéale pour faire ressortir les diverses facettes de ma personnalité. Tous les matins, je me lève, et je me retrouve aux côtés du même type, vous savez, le beau là, plus jeune que moi au regard innocent, terriblement innocent ... Et pourtant, coriace, terriblement coriace. J'aime bien être avec lui. Ça fait un an que ça dure, et ce qu j'aime, chez lui, c'est cette force de caractère qui fait que quoi que je lui jette à la gueule, il saura toujours se défendre.

J'ai 26 ans, et je suis une ordure. Apprenez à vivre avec. Je couche à droite à gauche, j'ai autant de principes que de pages dans un livre pour enfants et si j'ai assez d'argent pour vivre convenablement, j'en ai trop pour savoir ce qu'est la modestie. Une fois sur deux j'passe une nuit chez mon mec - je suppose que je devrais l'appeler comme ça, vu que c'est plus ou moins ce qu'il est - et on s'engueule. C'est après qu'on fait l'amour.

Je viens du Texas, et franchement, ça me manque. Mais je devais partir pour changer de vie. Ce que je n'aime pas du tout, par ici, c'est la pluie. J'adore les enfants, par contre. J'adore les enfants, oui. Tous ceux que j'enseigne. Car oui, ça fait bien trois ans que je suis instituteur dans cette école primaire privée de bourges dont je n'aurais que pu rêver l'existence pendant mon enfance. Et malgré le sale caractère de bon nombre de ces mioches, je les adore tous. Et c'est réciproque, je pense. Leurs parents m'adorent, en tout cas, et c'est déjà pas mal.

Ça fait huit ans que je suis ici, dont six sans avoir donné de nouvelles à ma mère et à mes soeurs. Elles ont essayé de m'appeller, oh, ça oui ... Et elles peuvent toujours courrir pour me joindre un jour. Elles peuvent d'ailleurs crever, pour tout ce que ça m'importe. Elles sont déjà mortes à mes yeux donc bon.

COMMENT ENVISAGES-TU L'AVENIR ▷ Oulaa, la question de chien. Comment vous le voyez, vous, votre avenir ? Avec une belle maison blanche, une clôture de piquetage, des monstres braillards et un four humain à vous côtés ? Que voulez vous que j'en sâche ? On va tous crever un jour, point, à la ligne, pas la peine d'épiloguer ! Est-ce-que je finirais heureux ? Sans doute ! Marié ? Tant que ça n'inclut pas la fidelité, pourquoi pas ? Avec des gosses ? Ahahaha ça non, jamais de ma vie, j'en ai déjà bien assez à faire avec les énargumènes de l'école.

LE PLUS BEAU JOUR DE TA VIE ▷ Vous me faites une belle jambe, là ! Il est bien difficile de choisir un jour plus beau qu'un autre quand la vie elle même est à croquer à pleines dents ! (Surtout depuis que mon père est 'parti') Néanmoins, si j'avais à faire un choix, je pense que je noterais deux dates dans mon répertoire : premièrement, celle de ma première rencontre avec Oskar, étant donné que c'est lui qui assouvissait une grande majorité de mes besoins avant qu'il ne se fasse incarcérer. Néanmoins, ce serait mentir que de dire que je n'ai pas été au summum du bonheur le jour où j'ai reçu mon premier salaire. En effet, cela marquait officiellement le début de ma nouvelle vie. J'allais enfin pouvoir m'acheter de belles choses, et vivre par moi même. N'est-ce pas magique ?

SI TU POUVAIS CHANGER UNE SEULE CHOSE ▷ Je ne changerais rien. Ma vie est parfaite, telle quelle. Même si certains persistent à penser qu'avoir été 'élevé' dans l'environnement où j'ai grandi ait affecté mon développement moral, je me dis qu'au final, avoir eu les parents que j'ai eu ne me dérange pas pour le moins du monde. Je serais certes peut être plus agréable qu'à l'heure actuelle mais tant que les gens ne se plaignent pas ouvertement de mon caractère, je me fous totalement du fond de leur pensée.


Y A QUELQU'UN DERRIÈRE L'ECRAN
ET SINON DANS LA VIE T'AIMES QUOI PETIT PUDDING ?
TON PSEUDO ▷ Feu Ardent. TON AGE ▷ 16 Ans. BLANC OU NOIR ▷ Blanc. NUIT OU JOUR ▷ Jour. DEHORS OU DEDANS ▷ Dedans. CHIEN OU CHAT ▷ Aucun. PLUIE OU SOLEIL ▷ Les Deux Selon l'Humeur ; Plutôt Pluie Là Arrow . SAISON PRÉFÉRÉE ▷ Le Printemps. COULEUR PRÉFÉRÉE ▷ Le Vert. BOISSON PRÉFÉRÉE ▷ Spriiiite. PLAT PRÉFÉRÉ ▷ J'aime de tout. UN TRUC A AJOUTER ▷ Si vous avez rien à faire, comparez avec Sophie, p'tête que les réponses sont pas 100% indentiques xD. COMMENT TU AS CONNU LIL ▷ Par Papa Pu à la retraite Arrow .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-marvel-rpg.forumactif.com
 

JACK BENJAMIN HARPER ♦ please don't stand so close to me, i'm afraid of what you'll see.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Jack Harper
» Torchwood - Stupide Pari - Jack/Ianto - PG 13
» Japan Expo 2011 : 4 jours de surprises sur le stand ANIGETTER (compte-rendu & photos-vidéos)
» Vanessa, Jack et Benjamin Biolay à LA
» [REQUÊTE] Connecter un HD2 sur une prise jack / autoradio pour sortie son sur HP 5008 - 3008

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
They Coined It :: Don't Try To Run Away From The Flood :: Banque de persos RP de Feu Ardent-