LOGO

AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 BALTHAZAR ♯ we've heard it all before.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Admin



Messages : 516
Date d'inscription : 17/12/2009
Age : 21
Localisation : Sur le forum, en train de moderer vos paves de textes!

Feuille de Superheros/Supervillain - Mutant
Sexe: Masculin
Jauge de vie du Superheros/Supervillain - Mutant:
0/0  (0/0)

MessageSujet: BALTHAZAR ♯ we've heard it all before.   Sam 29 Juin - 14:52

ft Martin Arrarte

♂ ♀ Derrière l'écran se cache Feu Ardent, j'ai actuellement 17 ans. Je joue un inventé. Je suis arrivé sur le forum grâce à redpix. Je trouve le forum très beau, vraiment. Pour finir je dirais GUEUX parce que mon face a été rebaptisé en :GEU:;_;.
Balthazar Leroy
Balthazar Dario Leroy
Je suis né(e) le 31/12/1984 à Paris, France. J'ai actuellement 28 ans et je suis d'origines Françaises et Tziganes. Physiquement, j'ai les yeux marrons, les cheveux bruns et courts. Je mesure 1m85. pour 82kg. Je suis actuellement marié et je suis intéressé(e) par les belles femmes à courbes, en règle général. Les gens m'apprécient parce que je suis responsable, organisé et ponctuel. Mais je dois reconnaitre que je suis aussi rigoureux, nerveux et condescendant.
WORK CARD

À New Haven, je travaille comme professeur de littérature française depuis une semaine. Durant mon temps libre j'aime jouer de la guitare. Je fais partie des CITIZENS.


❝ Ta classe sociale ❞
Riche Aisée Moyenne Pauvre

❝ Ton avis sur le système grec ❞
J'adore J'aime Mitigé Je n'aime pas

❝ Ta vie amoureuse est ❞
Heureuse Mouvementée Le néant

❝ Pour t'occuper tu préfères ❞
Sortir avec tes amis Lire Faire du sport

❝ En soirée tu préfères ❞
Petit comité avec des gens intéressants Grosse party avec le plus grand nombre

❝ La priorité pour toi dans 10 ans, c'est ❞
une famille, des enfants Un job bien rémunéré que tu aimes



Once upon a time
The true life of an American student

#01 - Puisqu'il faut bien commencer quelque part ... Un. Hein. C'est le premier chiffre, et également, le mot dont on se sert pour parler d'une quantité. Un fait. Un tout petit fait sur ma vie. C'est tout ce qu'il vous faut, n'est-ce pas ? Bien. Commençons, donc. Je suis issu d'une mère gitane des banlieues parisiennes ; cela veut dire que j'ai des origines Tziganes, que ma génitrice dansait dans ses grands jupons rouges, un beau jour de Mars, lorsque ce vieux est venu dans les parages pour se la farcir au coin d'une rue sans qu'elle ne puisse crier au secours. Un viol. Je suis un enfant bâtard né d'un viol. Une aberration, quoi, quelque chose qui n'avait pas lieu d'exister. Si cela ne vous fait pas peur, nous pouvons procéder. Aux autres, faites gaffe : je mords, et j'ai la gale. Je vous aurais prévenu.
#02 - Je suis né le dernier jour de l'année, un trente et un décembre, et ce, derrière une poubelle dans une ruelle sombre du seizième arrondissement. Après avoir erré des heures durant dans le froid à la recherche de ce richou, ma mère a lâché prise. Il faut dire aussi que j'avais mal choisi mon jour pour venir au monde. Elle m'abandonna donc, emmitouflé dans ma couverture de laine, avant de disparaitre dans la nuit, comme une voleuse.
#03 - Recueilli au petit matin par un couple de parisiens de milieu moyennement-aisé, ils avaient trouvé sur moi une lettre, avec, dedans, un mot tissé des mensonges de ma mère dans lequel se trouvait mes prénoms. C'est ainsi que je me suis retrouvé à m'appeler Balthazar Dario, parmi tous les prénoms saugrenus de la planète. Des prénoms qui me reliaient à mes origines et à ma mère à tout jamais, malgré moi.
#04 - J'ai toujours vécu à Paris, tant et si bien que maintenant que nous vivons ailleurs, il m'est impossible de m'habituer à un nouveau rythme de vie, du moins, au premier abord. C'est que l'air de rien, ça va me manquer, les merdes de chien sur les trottoirs, à moi ... Ou pas, hein.
#05 - Je suis atteint de dépendance sexuelle depuis un bon nombre d'années, maintenant. Si au départ cela me semblait plutôt être une bénédiction qu'autre chose, il vient un jour où l'on ne peut s'empêcher de penser au sexe, vingt quatre heures sur vingt quatre, tant et si bien que cela nous hante et nous obsède. C'est à partir de ce moment là que l'on se rend compte que l'on a un problème, et cela fait à présent quatre ans que j'assiste aux réunions de "sexoliques anonymes" pour tenter de remédier à ce problème fort ennuyeux.
#06 - J'ai rencontré mon mari à l'une de ces fameuses réunions, d'ailleurs. Enfin ... Non. Je l'ai rencontré à l'un des lycées de Paris ; on y travaillait, tous les deux. Néanmoins, c'est par le biais de ces réunions que notre histoire a commencé.
#07 - Ouais, mon mari c'est un mec. Et pourtant, j'suis hétéro. Ça vous en bouche un coin, avouez-le. Moi, ça me le bouche entièrement, si vous voulez tout savoir. Et étrangement, j'aime ça ...
#08 - Je n'ai jamais repris contact avec aucun de mes parents biologiques. Ils doivent sans doute déjà être morts à l'heure actuelle, de toutes façons, donc ce serait une perte de temps et d'argent. L'un devait être assez vieux pour avoir vu Jésus se faire crucifier aux temps de ma naissance tandis que l'autre est tellement pauvre qu'elle doit bien avoir été capable de crever de faim.
#09 - Tous les trois mois, je vais donner mon sang, à la mairie du coin. C'est pas évident, parfois, à cause de toute la paperasse et tout mais bon ... Je vis assez sainement donc ça passe, généralement.
#10 - Pour ce qui en est de la musique, j'écoute plutôt ce qui touche au country, à l'indie et à l'alternatif. En effet, j'estime qu'il n'y a rien de mieux qu'une musique douce et calme pour nous permettre de décompresser après une longue journée au boulot ... Je pense que nous serons tous d'accord sur ce point là.

#11 - Je suis professeur d'université. Ça, ça veut dire que je gagne assez bien ma vie. Si vous êtes un de mes élèves, par contre, vous saurez que ne pas faire professeur d'université est pour vous un moyen de gagner encore plus d'argent. Je vous conseille donc de tenter de votre mieux d'exceller afin de pouvoir exercer un métier bien plus prestigieux que celui-ci.
#12 - J'adore boire le thé chinois ; au début, je détestais ça. Puis, mes parents adoptifs ont hébergé Xiao Mei (la soeur d'une de leurs amies) et sa fille de quatre ans, et elle a su me convertir au thé vert et au Shou Mei ... Ainsi qu'à d'autres choses. Je me demande si le fait qu'elle ait dû se trouver un autre endroit où rester avait eu un lien avec celui que mon père et ma mère m'avaient surpris au dessus d'elle sur la table de la cuisine. C'est fort probable. J'avais alors quinze ans, et je crois que c'est à ce moment là que ma descente aux enfers a débuté.
#13 - Officiellement, je suis Balthazar Dario Harper-Leroy. Je me suis marié, voyez-vous, il y a six mois. C'était tout beau, j'étais bien habillé, il y avait des fleurs partout ... "Et ils vécurent heureux et eurent plein d'enfants". Ou du moins, ils oeuvrent vers une conclusion de ce calibre. Tout ça pour dire que si mes élèves se et collègues se doivent de m'appeler M. Leroy, c'est bien pour une raison. Je ne suis pas comme toutes ces célébrités avides de notoriété et capables de vendre leur propre lingerie suintante pour se faire un peu d'argent. Moi, j'ai toujours eu un certain gout pour mon intimité personnelle, et je préfère garder ma vie privée pour moi-même. Oui, je suis marié. Mais ça, ça ne regarde que moi. D'ailleurs, si l'on en oubliait l'étincelle de bonheur qui rayonne quotidiennement dans mes yeux et la belle bague dorée logée sur mon annulaire gauche, l'on pourrait croire que j'étais encore un de ces jeunes profs en pleine quête d'amour et de frissons. Mais j'aime mon mari, aussi étrange que celui puisse vous sembler. Ne vous inquiétez pas : moi aussi, j'ai du mal à la comprendre, l'histoire de ma vie, parfois.
#14 - Lorsque l'on nous voit, Eliezer et moi, l'on pourrait croire que celui qui est super organisé et soigné, c'est moi : je m'habille bien, je n'ai jamais un cheveu de décoiffé et les gouttes de sueur semblent miraculeusement ne jamais perler sur mon front. Tous les matins, mes chaussures de cuir parfaitement polies m'emmènent jusqu'à l'université de Yale, et tous les soirs, ces mêmes chaussures me ramènent chez moi. Et pourtant, une fois la porte fermée, je pose mes affaires n'importe où, impatient de m'en débarrasser ; je m'affale sur le canapé, j'allume la télévision, et je me mets à regarder National Geographic. Je crois qu'Eliezer en a un peu marre de ranger mes merdes derrière moi, mais que importe ... J'ai besoin de me reposer, parfois, hein. Par contre, quand lui oublie de refermer le couvercle des toilettes, il m'entend, et ce, de très loin. On croirait pas, comme ça, mais même entre mecs, l'hygiène est un soucis qu'on prend très au sérieux, hein ...
#15 - Je me moque d'Elizer, parce que malgré sa carrure de gros dur, il garde sa part de féminité, parfois. Si je le laisse avec joie faire tous les travaux (non sans l'aider lorsque nécessaire) et porter tous les poids lourds, il se trouve que monsieur ne supporte pas les films d'horreur. Je trouve ça assez étonnant, étant donné que certains monstres présents dedans sont bien moins effrayants que les élèves auxquels nous nous retrouvons confrontés au quotidien mais soit. Cela m'amuse, de le tenir dans mes bras, pendant ces films. Car comme tout môme, il cultive une étrange fascination pour ce genre de réalisations qui lui donne envie de ne pas regarder l'écran tout en ayant peur de rater une miette de la trame de l'histoire.
#16 - Même lorsque de fidèles amis proches nous demande comment notre union si paradoxale a commencé, on esquive la question. C'est un accord commun, avec Eliezer. Il a accepté de respecter mon intimité, ce qui le rend d'autant plus admirable à mes yeux. Qui aurait cru, au premier regard, qu'un être aussi compréhensif se trouvait derrière les yeux d'une telle brute ? Bref. Toujours est-il que les gens se demandent sans doute comment est-ce que deux personnes comme lui et moi avons pu finir ensemble. L'histoire n'est pourtant pas si compliquée. Nous étions tous deux membres de ce groupe de sexologues anonymes, et on a ... Appris à se connaitre. On discutait, en fait. On se promenait, on riait ... On était comme des sponsors officieux, l'un vis à vis de l'autre. On s'était juré d'aider l'autre à préserver son abstinence, et pendant un moment, cela avait plutôt bien marché. Et puis, il y avait eu ce soir, où nous étions dans mon salon, après avoir mangé un bon boeuf bourguignon fait maison. On avait un peu bu, en fait. Un peu trop, même. Une musique douce comme celles que j'aimais tant jouait dans le fond, et je m'étais mis à jouer quelques accords sur la guitare. C'est alors que ce diablotin s'est mis à se trémousser au rythme de la mélodie, me sermonnant de le rejoindre. Comment aurais-je pu le lui refuser ? J'avais donc posé ma guitare. Nous étions ivres, voyez-vous. Complètement ivres et euphoriques. Du coup, nous nous sommes mis à danser, l'un avec l'autre ... Et la musique fit place à un tango, puis une valse. Comment pouvez-vous vous attendre à ce que rien ne se passe lorsque deux hommes dansent un tango puis une valse, honnêtement ? Ça faisait plusieurs semaines, en plus, qu'aucun de nous deux n'avait baisé, d'ailleurs. On ne s'était même pas touchés ni rien, durant toute cette période. Ça faisait partie de notre réhabilitation. Mais ce soir là, une explosion de désir s'était répandue en nous. La seule option généreuse et altruiste à ce moment donné nous avait semblé évidente, du coup : aider l'autre à se débarrasser de ses pulsions ... Au mieux de ses capacités.
#17 - Plus jeune, je mangeais toujours des Haribos lorsqu'il me restait des centimes de trop en poche. Je n'avais pas encore compris le fonctionnement d'économies, à l'époque, en fait ... Et puis, qui peut sincèrement résister au gout délicieux de ces multicolores oursons gélatineux ? Autant dire que cela reste l'un de mes péchés mignons, à l'heure actuelle. Quel dommage qu'ils soient moins évidents à trouver ici qu'à Paris ...
#18 - Lorsque je fais des cauchemars, je me réveille au beau milieu de la nuit, en sueur (oui, en vérité ça m'arrive ; je donne simplement l'impression que ceci n'est pas le cas). Il m'est ensuite impossible de me rendormir, donc souvent, je me fais un marathon de classiques Hollywoodiens jusqu'au petit matin. Ce qui explique pourquoi j'ai souvent l'air épuisé le matin. Je fais surtout des cauchemars lorsqu'Eliezer n'est pas là, en fait ... À voir s'il y a un rapport entre ces deux évènements ou pas.
#19 - Vous saviez que j'avais déjà rencontré Madonna ? Je faisais un boulot d'été dans une grande surface, un mois de juillet alors qu'elle passait en tournée dans la ville. Bon, elle m'a dit un simple "Bonjour", et je ne suis pas vraiment sur qu'il m'était adressé à moi ... Mais c'est pas mal, déjà, non ?
#20 - J'ai appris à jouer à la guitare pour draguer, à la base. Ce n'est qu'une fois que je savais m'y prendre (avec les cordes, hein, pas les filles) que je me suis mis à vraiment apprécier les mélodies que je jouais pour ce qu'elles étaient.

#21 - Je déteste la pluie. J'oublie souvent mon parapluie chez moi, en fait, donc si je ne me mets pas à courir à toute allure, autant vous dire que je me retrouve assez rapidement trempé à l'os ... Ce n'est pas moi, le sportif, en plus. C'est Eli. Et puis, c'est fort ennuyeux lorsque l'on essaie de lire le dernier Dan Brown en attendant un bus quand l'abribus est cassé ...
#22 - J'adore les fruits et les légumes, mais je n'en mange pas cinq fois par jour. Trois ou quatre, environ, mais parfois, encore, moins. C'est mal, je sais ... Mais vous en connaissez beaucoup, vous, qui respectent toutes ces règles au pied de la lettre ?
#23 - Lorsque j'ai rencontré Eliezer pour la première fois, j'étais parti le chercher parce qu'il avait, à répétition, retenu certains de mes élèves d'arriver en cours et que j'en avais eu marre qu'il interrompe sans cesse le cours naturel de mes leçons fascinantes. Si je me suis éventuellement retrouvé à ne pas les autoriser à assister au cours, des plaintes de leurs parts le concernant m'avaient éventuellement motivé à aller lui tirer un mot ou deux, et autant dire que cet entretien ne s'était pas passé aussi bien qu'il aurait pu le faire. En même temps, il m'avait traité de rat de bibliothèque, hein ... Mais je suppose que je l'avais cherché, étant donné que je l'avais décrit comme étant un bodybuildeur écervelé.
#24 - Je n'ai eu mon permis de conduire qu'après avoir effectué trois essais, et autant dire que si je peux me faire conduire à ma destination, je n'hésite pas à ranger mes clefs de voiture. Conduire est pour moi, parfois, une nécessité, mais jamais un désir, soyons clairs.
#25 - J'aime beaucoup les fleurs. Offrez m'en si vous voulez me voir sourire. En fait, non ... Je ne compte pas sourire pour vous.
#26 - Mon meilleur ami m'a piqué la fille de mes rêves, au lycée. Autant dire que depuis, je me méfie de pratiquement tout ... Et sans doute avec une cause plausible et raisonnable.
#27 - La première fois que j'ai mis les pieds aux États-Unis, c'était pour mon mariage. Nous sommes allés dans un des États qui autorisaient ce genre de mariage, à l'époque, et avions fait quelque chose d'assez discret ... Une légère sélection de nos proches ayant été les uniques témoins de cette union.
#28 - Mes "parents" ne sont pas au courant de notre union, les siens non plus. Je me demande comment ils réagiraient à cette nouvelle, d'ailleurs ... Cela leur viendrait comme un choc, je pense, vu le nombre de filles que je ramenais à la maison, plus jeune ... Je crois qu'ils ont bien compris qu'elles me plaisaient, celles-ci.
#29 - Vivre chaque jour est difficile, enseigner l'est davantage, étant donné le nombre d'étudiantes que l'on pouvait trouver dans les matières littéraires. Ce n'est pas parce que je suis marié qu'automatiquement, je suis devenu aveugle et qu'elles ne me font plus d'effet ... Je me considère encore assez jeune, pour ma part, et autant dire qu'il n'est pas toujours facile de résister aux tentations de ce monde.
#30 - J'ai fait un Baccalauréat Littéraire au lycée, moi, et j'ai eu Mention Très Bien avec les Félicitations du Jury. Je crois que je n'étais pas le seul, d'ailleurs ... À l'époque, ce Bac n'était pas encore celui que les autres choisissaient par "élimination" parce que les autres filières ne leur plaisaient pas, après tout ... C'était celui que les vrais linguistes et littéraires choisissaient. Celui qui me correspondait, quoi.

#31 - J'ai un tatouage sur la fesse gauche. Si, si, je vous l'assure. Ce qu'il y a dessus ? Eh bien ... Eh bien en fait, il s'agit du prénom de mon mari, je crois ... Enfin, en quelque sorte, en tous les cas. Voyez-vous, celui-ci a été déformé parce que ce tatoueur n'était pas des meilleurs. L'encre a bavé et le texte est donc à peine lisible ... Mais je crois bien que c'est son prénom, qui y est inscrit, moi. Vous voulez venir vérifier ?
#32 - Il n'y a rien de plus magnifique, à mes yeux, que le feu. Je ne suis pas pyromane, hein, rassurez-vous. Néanmoins, je ne peux m'empêcher d'un allumer un dès que je vois une cheminée, c'est plus fort que moi.
#33 - J'économise actuellement de l'argent pour pouvoir payer ma retraite. On a qu'une vie, mais une fois que l'État nous empêche de travailler, on est bien dans la merde quand on a pas un sou en banque.
#34 - Récemment, j'ai lu un livre qui m'a bien plus, peut être que vous le connaissez ... Il s'agit de "Sac d'Os", de Stephen King. Une histoire terriblement fascinante mêlée au surnaturel et à la tragédie, rien que dès sa première page. Je suis allé dans une galerie d'art, depuis, par contre, et en retombant sur un tableau que j'avais déjà vu, celui d'une femme africaine, j'ai senti des frissons parcourir mon corps : cette femme ressemblait exactement à la Sara Tidwell décrite dans le récit, tant et si bien que j'avais l'impression de me retrouver à l'intérieur de celui-ci. Bref.
#35 - Je suis protestant. Je crois que c'est important que je le dise quelque part. Par contre, je ne vais pas à la messe ... Du moins, pas souvent. C'est bien trop ennuyeux là bas, et j'ai de bien meilleures choses à faire.
#36 - J'avais essayé d'écrire un roman, une fois. Un éditeur était intéressé, d'ailleurs ... Pas un de ces grands éditeurs tels que Folio ou Gallimard, hein, mais un éditeur tout de même. J'avais écrit la moitié du manuscrit et j'étais bien motivé pour le terminer mais ... La maison d'édition a fermé, et s'est éteinte avec mon inspiration.
#37 - J'aime beaucoup faire du jogging. Je crois que c'est l'un des seuls sports que j'aime pratiquer, avec le tennis.
#38 - Et le sexe, bien sûr. Mais ça, je l'ai déjà dit.
#39 - Vous avez déjà fait l'amour dans les toilettes d'un avion ? Oui ? Non ? Je n'ai pas pu m'en empêcher, moi. Enfin, on a pas pu s'en empêcher. Il faut comprendre : on avait des circonstances atténuantes ... Un vol de Paris aux États-Unis, c'est long, voyez-vous ... Bien trop long, si vous voulez mon avis.
#40 - Je n'aime pas voir le temps passer sur le cadran d'une montre, parce que je me dis que chaque minute passée me rapproche inévitablement de ma mort. Ainsi, je ne porte une montre qu'afin de pouvoir mener correctement mes cours à leur terme. Chez moi ou pendant les vacances, vous pouvez être surs et certains que celle-ci reste bien au chaud au fond d'un de mes tiroirs.

#41 - Quand j'étais petit, je rêvais de devenir cowboy, plus grand. Autant dire que mon choix de carrière professionnelle a été bien moins ambitieux, bien que plus efficace pour les rentrées d'argent.
#42 - Je faisais partie de l'équipe de football du collège, en sixième. J'ai arrêté l'année d'après parce que cela ne me plaisait pas assez.
#43 - Je stressais tellement pour mes examens du bac que j'ai fait une syncope le jour de ma première épreuve. Heureusement, ils ont eu la décence de me laisser me présenter à mes rattrapages ...
#44 - J'essaie d'avoir une approche plutôt optimiste de la vie, même si ce n'est pas toujours donné, étant donné le nombre de situations difficiles dans lesquelles nous pouvons nous retrouver au quotidien : qui peut facilement choisir quelle cravate porter le matin ?
#45 - Je m'habille toujours de manière assez chic ; raffinée. J'ai les moyens de me payer de beaux vêtements, en même temps. Pantalon de soie (ou de velours en hiver), chemises sobres ou plus égayées, et, selon les jours et occasions, cravates colorées ... Je ne suis pas de ceux qui se promènent à moitié nus - pas en public, du moins - avec des tatouages peu savoureux de présents sur l'intégralité de leur corps. Ma famille adoptive m'a toujours éduqué dans la façon de penser que les tatouages et les piercings relevaient d'un manque d'éducation et d'aristocratie dégradant.
#46 - J'ai une soeur, en quelque sorte. Il s'agit de la fille de mes parents adoptifs, en fait. Celle-ci est très gentille, brillante ... J'ai beaucoup de beaux souvenirs avec elle. C'est une avocate à Chicago, aujourd'hui.
#47 - Moi aussi, j'aurais pu être avocat, vous savez ? Je n'ai simplement pas eu le courage de m'engager dans davantage d'années d'études éprouvantes. Si la seule chose que je pouvais décrocher, professionnellement, en tant qu'étudiant en littérature, était soit écrivain, soit professeur d'université, cela ne m'avait pas dérangé plus que cela, à l'époque, étant donné que j'avais au moins eu l'opportunité de faire quelque chose qui me plaisait.
#48 - J'ai déjà vécu l'humiliante ordalie d'effectuer un bain de minuit pour découvrir avec horreur que nos vêtements ont disparu une fois sorti de l'eau. Ce n'est vraiment pas agréable du tout et j'espère que ces petits cons ont trébuché dans leur fuite avec mon beau tee-shirt polo Lacoste ...
#49 - Je passe un temps remarquable à la bibliothèque municipale. Eliezer n'aime pas trop que j'y aille donc aussi souvent que possible, je lui dis que je vais au magasin. Je crois qu'il est jaloux de la belle bibliothécaire à poitrine volumineuse, mais il s'agit très probablement uniquement d'une impression.
#50 - Je crois au destin ; pour moi, chaque jour futur de ma vie est déjà écrit quelque part. Il ne me reste à présent plus qu'à les découvrir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-marvel-rpg.forumactif.com
 

BALTHAZAR ♯ we've heard it all before.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Eric Bibb - I heard the angels singing
» HISTOIRES BIZARRES DE BALTHAZAR (Tome 2) LES FANTOMES DES GLACES de Chris Mould
» Johnny Depp et Amber Heard - Rolling Stones show
» Amber Heard
» Amber Heard

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
They Coined It :: Don't Try To Run Away From The Flood :: Banque de persos RP de Feu Ardent-