LOGO

AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Thomas / AM - wake up, wake up.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Admin



Messages : 520
Date d'inscription : 17/12/2009
Age : 21
Localisation : Sur le forum, en train de moderer vos paves de textes!

Feuille de Superheros/Supervillain - Mutant
Sexe: Masculin
Jauge de vie du Superheros/Supervillain - Mutant:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Thomas / AM - wake up, wake up.   Lun 17 Mar - 13:40


   
alexander moore w/ Ben Barnes
the characterthe person
→ habite dans tel quartier, à cambridge, oxford ou londres.
   → âgé de 27 ans.
   → né(e) le date à lieu.
   → est occupation.
   → un t-shirt likes boys, likes girls ou bicurious ? HéteroDylansexuel.
   → est actuellement En couple.
→ pseudo : votre pseudo ou prénom à vous, joueur.
   → âge : votre âge à vous, personne située derrière l'écran.
   → comment avez-vous connu le forum ? écrire ici.
   → code : pour le trouver il vous faut lire le règlement.
   → crédits : indiquez ici la source des créations graphiques utilisées dans votre fiche.
   → de quelle couleur sont les petits pois ? blabla.


   

to be or not to be
Suite d'anecdotes, extraits de journal intime ou autre, choisissez la manière qui vous convient et vous plaît de nous faire connaître votre personnage. On veut tout savoir! Des moments marquants de sa vie à son caractère, passant par ses goûts ou même manies, tout est bon à être connu. Après tout, ce sont les détails qui font le tout. (Un minimum de 30 lignes complètes est demandé.)
   ps: Pensez à vérifier votre texte (ortho, grammaire, fautes d'inattention, cohérence, etc...) avant de déclarer que votre fiche est terminée.

   blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah.


Dernière édition par Feu Ardent le Lun 31 Mar - 7:38, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-marvel-rpg.forumactif.com
avatar
Admin



Messages : 520
Date d'inscription : 17/12/2009
Age : 21
Localisation : Sur le forum, en train de moderer vos paves de textes!

Feuille de Superheros/Supervillain - Mutant
Sexe: Masculin
Jauge de vie du Superheros/Supervillain - Mutant:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Thomas / AM - wake up, wake up.   Lun 17 Mar - 13:53

that is the question
Rêve ou réalité, toujours est-il que vous êtes chez le psy, allongé sur ce fameux divan, à faire le bilan de votre vie merdique ou parfaite, tout en sachant qu’un développement parfait n’existe pas que nous sommes tous au mieux normalo-névrotiques. Au cours de la séance votre psychiatre aborde différents sujets et c’est en essayant d’être vraiment honnête pour une fois que vous répondez à ces quelques questions, parce qu’après tout il a de jolis cheveux.

→ Dans la vie, on cherche toujours à atteindre un but, quelque chose de vraiment personnel, un idéal de vie, un rêve, quelque chose qui vous rendrait heureux(se) finalement. Pour vous qu’est-ce que c’est ? Réponse ici.

→ Et qu’est ce qui vous bloque en fin de compte ? Réponse ici.

→ Je vois. Est-ce que vous avez des regrets ? Réponse ici.

→ Qu’est-ce qui vous rends heureux(se) dans votre vie aujourd’hui. Une personne, une passion ? Réponse ici.

→ Et est-ce que vous vous sentez seul parfois ? Réponse ici.

→ Rien d’anormal je vous rassure, mais dîtes moi, qu’est ce que vous attendez des autres, qu’ils vous aiment, qu’ils vous comprennent ou qu’ils vous respectent ? Réponse ici.

→ Et qu’est ce que vous attendez de vous même ? Réponse ici.

→ Et Peut être que vous vous en demandez trop. Qu’en pense votre entourage ? Réponse ici.

→ Est ce que vous sentez soutenu(e) dans vos choix par votre famille et vos amis ? Réponse ici.

→ Bien, nous continuerons la semaine prochaine si vous voulez bien, n’hésitez pas à m’appeler si vous avez un souci d’horaire.



Dernière édition par Feu Ardent le Lun 17 Mar - 14:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-marvel-rpg.forumactif.com
avatar
Admin



Messages : 520
Date d'inscription : 17/12/2009
Age : 21
Localisation : Sur le forum, en train de moderer vos paves de textes!

Feuille de Superheros/Supervillain - Mutant
Sexe: Masculin
Jauge de vie du Superheros/Supervillain - Mutant:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Thomas / AM - wake up, wake up.   Lun 17 Mar - 13:53

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-marvel-rpg.forumactif.com
avatar
Admin



Messages : 520
Date d'inscription : 17/12/2009
Age : 21
Localisation : Sur le forum, en train de moderer vos paves de textes!

Feuille de Superheros/Supervillain - Mutant
Sexe: Masculin
Jauge de vie du Superheros/Supervillain - Mutant:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Thomas / AM - wake up, wake up.   Lun 31 Mar - 7:38





Thomas Moore


Je m'appelle Thomas Moore et je suis né à Town Square, USA le 17 janvier 1987. Donc si vous savez compter, ça veut dire que j'ai 27 ans. Je suis d'origine américaine, et j'ai j'avais un petit frère. J'aime les femmes, à priori et je suis actuellement en couple. Dans la vie de tous les jours, je suis employé dans la librairie de livres antiques de mon père et je fais partie des votre groupe, voir ici. J'ai un projet dans la vie : celui de finir heureux, quand même, un jour. On verra bien quand. Mais surtout, mon rêve c'est de réussir dans tout ce que j'entreprends et gagner beaucoup d'argent ... Enfin, ça reste à voir, ça.
Comment définirais-tu ton caractère ?
- Tom, Tom, Tommy, Thomas ... La vache, c'est putain de difficile de décrire son meilleur ami, tu m'en demandez des belles, toi ! Comment je décrirais son caractère ? Hmmm ... Comment je le décrirais, moi, son caractère ? Il fait mine de réfléchir, et pourtant, il sait déjà quoi dire. Cette question, il l'a déjà entendue maintes fois, notamment sortie de la bouche des nombreuses filles qu'il avait aguiché au fil du temps et des années. L'air de rien, il avait toujours été là pour Thomas Moore Junior ... Et c'était une chose pour lequel l'américain lui serait toujours reconnaissant. Si je devais décrire Thomas ... Oula. Je dirais qu'il ne sait jamais réellement ce qu'il veut. Voilà qu'elle hausse d'un sourcil, comme toutes celles d'avant. Voilà qu'elle ne comprend pas, qu'elle doute, qu'elle se demande ce que cela veut dire au sujet de sa relation avec lui. Voilà que ses beaux rêves du mariage et de l'heureuse vie de famille se brisent, fracassés contre le sol tels de vulgaires morceaux de verre. Et pourtant ... Et pourtant, elle lui demande de développer. Elle lui demande d'en dire plus, et, même si ça le fait chier, il n'a pas le choix. Voilà qu'il se met à continuer. Bon, je vais te le dire à toi, parce que tu m'as l'air d'être une fille sympa. En réalité ... Thom, il n'a jamais été un type très sérieux. Je l'adore, hein, c'est comme un frère pour moi ... Il s'arrête un instant en se rendant compte qu'il venait de dire l'un des mots tabous au sujet de son meilleur ami. Frère. Il se demande comment il avait pu être aussi stupide ; comment il aurait pu faire une telle gaffe après tant d'années passées à le côtoyer. C'est pour cela qu'il enchaine rapidement avec la suite de son discours, espérant sincèrement qu'elle n'aurait rien remarqué une fois sa tirade terminée. ... Mais cela fait également des années que je le connais et je ne l'ai jamais vu en couple. Ja-mais. Pas une seule fois. Il la regarde, insistant. Maintenant, répondre ne le dérange plus, et il se contentera de s'arrêter lorsqu'elle en aura suffisamment entendu pour lui demander d'arrêter. On dirait pas, comme ça, mais c'est un fêtard, Tom. Il ne sait pas dire non, en fait. Pire que cela : ça lui fait mal, de le faire. Il adore prendre des risques, faire des choses nouvelles ... Expérimenter ... Il se rappelle alors de leur première taffe, testée plusieurs années auparavant. Des concours de pisse effectués dans la cour de récré, du sourire fier de son compagnon lorsque celui-ci lui avait raconté, les yeux emplis d'étincelle, un sourire fier pendu aux lèvres, comment il avait su séduire la fille la plus désirée du lycée et en faire son quatre-heures. Malgré tout, il admirerait toujours son meilleur ami, pour une raison qu'il ne saurait jamais expliquer. Pourquoi ? Parce que c'est tout simplement inexplicable. Tom, c'est Tom, et essayer de le décrire, c'est comme chercher une aiguille dans une meule de foin, ou encore, plonger le bras dans un aquarium rempli de piranhas. Tom, c'est tant de choses à la fois, toutes plus complexes les unes que les autres, que l'analyser et le décortiquer implique à coup sûr qu'on se trompera quelque part. Comment est-il après tout possible de cerner la personnalité d'un homme qui lui-même ne sait pas de quoi il est capable et ne connait pas ses limites ? Comment parvenir avec succès à décrire un homme qui défie la convention et refuse d'être ordinaire ? Renie la banalité comme s'il s'agissait d'une simple trivialité et est en quête perpétuelle d'originalité, de renouveau et de spiritualité ? C'est tout simplement impossible. Et pourtant, lui essaie. Lui fait de son mieux ... Et lui semble être le seul à avoir compris tant de choses au sujet du fameux Thomas Moore. Il n'aime pas avoir l'impression que tout est destiné. Pour lui, il est libre arbitre de son destin. Il n'aime pas les boites ni les catégories, et encore moins les projets de longue date. Tom, c'est comme un lion enragé, rugissant à l'aube pour défier l'autorité du Soleil. Ce qu'il ne lui dit pas, à elle, c'est que Tom n'avait pas toujours été comme cela. Avant, il se contentait de rire, de sourire, d'être insouciant et jovial. Avant, il se contentait de s'amuser, sans blesser, sans faire de mal, sans vexer. Et puis ... Et puis il y avait eu l'accident. Les larmes, le déni. L'enterrement. L'isolation. Il y avait eu la dépression, les séances de thérapie, les mois de rétablissement, la promesse de damnation. Un homme brisé. C'est exactement ce qu'il est devenu, depuis, et si son meilleur ami l'avait remarqué, cela n'a pas nui à leur relation pour autant, bien au contraire. Le respect qu'il éprouvait à l'égard de Tom n'avait fait que de s'accroitre, suite à cette ordalie : pour la première fois de sa vie, il avait vu son ami surmonter quelque chose d'incroyablement difficile. Il l'avait vu combattre, il l'avait vu survivre. La résurgence de tous ces souvenirs depuis longtemps enfouis au fond de lui l'émeut. Voilà qu'il se sent agité, comme agressé par ces remembrances qui restent tout de même douloureuses. Il sort donc son paquet de clopes de sa poche, en collant une dans son bec avant d'y mettre le feu à l'aide de son briquet. Une première inspiration. Salut, liberté, éternité. Deuxième inhalation. Calme, fantaisie, créativité. À la troisième bouffée ... Il est complètement apaisé. Ses souvenirs se rangent et il se contente de regarder Dylan, énigmatiquement, avant de lui avouer un dernier élément, cryptique, au sujet de son meilleur ami. Il n'est pas méchant ... Mais à ta place, je me méfierai. Les types comme ça, ça peut faire mal, et souvent, sans s'en rendre compte. Crois moi : j'en ai moi-même fait les frais. Il se rappelle de la dispute comme s'il s'agissait d'hier. De la violente bagarre, des coups, des cris ... Des menaces ... Mais ça, c'est une autre histoire ; une histoire pour un autre jour.

Parle-nous de ton métier :
Le métier de votre personnage est quelque chose d'important. Vous pouvez donc expliquer les raisons qui ont fait que votre personnage a choisi ce métier. L'aime t-il ? Ou au contraire le déteste t-il ? Pour quelles raisons ? Vous expliquerez cela en 5 lignes minimum.

Raconte-nous quelle est ton aspiration dans la vie :
Là, c'est le moment de nous parler du groupe que vous avez choisi pour votre personnage. Il y en a plusieurs alors faîtes bien attention à celle que vous choisirez... C'est important car cela déterminera en quelque sorte quel chemin votre personnage va prendre. Vous essayerez de nous expliquer tout ça en 5 lignes minimum.



Behind the screen

Pseudo Feu Ardent. Prénom Ferdi. Fille ou garçon Hermaphrodite ... Bon, d'accord, garçon. Age 17 ans pendant un mois encore -> []. Pourquoi vous êtes-vous inscrit sur MC ? Parce que j'avais une idée de personnage en tête et que ce forum me plaisait le plus. Comment l'avez-vous connu ? Oula, ça remonte ... Par vos partenariats, je pense. Fréquence de connexion 4/7j. Avatar Ben Barnes. Pourquoi cet avatar Pourquoi pas cet avatar ? Statut Inventé. Lien du scénario // Code


Code:
[img]http://illiweb.com/fa/offline.png[/img] Ben Barnes [b]→[/b] Thomas Moore

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-marvel-rpg.forumactif.com
avatar
Admin



Messages : 520
Date d'inscription : 17/12/2009
Age : 21
Localisation : Sur le forum, en train de moderer vos paves de textes!

Feuille de Superheros/Supervillain - Mutant
Sexe: Masculin
Jauge de vie du Superheros/Supervillain - Mutant:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Thomas / AM - wake up, wake up.   Lun 31 Mar - 7:40



   

   
My life


Lorsque je m'ennuie ... Je caresse ses cheveux. Mes doigts se perdent dans les crochets de ses boucles brunes et je m'amuse à les laisser se plonger tendrement dans sa masse capillaire. Je les enroule, les faisant prisonniers de ses mèches, les laissant créer de nouvelles boucles à leur tour. Souvent, je les ai caressés, ces cheveux. Souvent, mes mains se sont amusées à se perdre dedans, à sentir leur texture et à les tenir comme s'il s'agissait du plus précieux des trésors. Je crois que c'est la première chose que j'ai remarqué chez elle, d'ailleurs. Leur éclat, leur richesse, leur fluidité. Lorsque nous nous sommes rencontrés ... Ce sont eux qui m'ont frappé, eux et leur odeur. Fruitée. Parfumée. Mon nez se plonge dedans, humant le doux nectar de ses capillaires, reniflant sensiblement l'arôme duquel elle était perpétuellement imbibée. Son odeur, son essence, son énergie. Je pourrais rester des heures, les narines noyées dans le berceau de son coup, à tenter d'accéder à un Nirvana artificiel par le biais de sa douceur élégante et parfumée. Légèrement, je bouge, et c'est là que mes lèvres viennent caresser ses oreilles. C'est là que j'y dépose un doux baiser, suivi d'un murmure, simple, faible, presque inaudible. Elle l'entend, cependant ; je le sens qu'elle l'entend, car sous mes doigts, sous mes doigts durs et rugueux, je sens la chair de son bras gauche tressaillir. "Je t'aime." Deux mots, chuchotés dans son oreille. Deux mots, susurrés à son intention, honnêtes, réels et permanents. La première fois que je les ai prononcés de ma vie, ces deux mots ... Enfin, la première fois que je les ai prononcés de cette façon là ... C'était il y a un an, et c'était pour elle. Depuis, même si je ne le lui rappelle pas aussi fréquemment que nécessaire, je continue de le penser, et je suis persuadé que ça ne cessera jamais. En vingt-cinq ans, j'en ai connu, des filles ... Et pourtant, Dylan est la première qui me correspond. La première qui me fait ressentir cette sensation de plénitude et de complétion. La première qui me donne l'impression d'exister, de réellement exister. À mes yeux, elle est la réponse à la question : "Suis-je donc seul dans l'Univers ?" Non, je ne le suis pas. Elle est là, elle m'aime et je l'aime aussi. Ensemble, unis ... Le monde ne peut que se plier à notre volonté. Lorsque nous faisons l'amour ... Lorsque mes doigts glissent le long de sa chair fraiche, lorsque mes lèvres dévorent les siennes avec passion ... Ce ne sont pas uniquement nos corps, qui s'aiment et se retrouvent : ce sont également nos âmes, depuis trop longtemps
séparées, qui se rejoignent pour former une union soudée. Nos esprits baisent en même temps que nous, et ça ... Putain, ça, c'est juste magnifique.

Son regard me brule le visage, fixé intensément sur chacun de ses traits, comme pour y déceler chaque mensonge, chaque contrariété et chaque imperfection. Ce n'est que lorsqu'elle se décide à le plonger dans mes yeux, cependant, que je me mets à trembler, frissonnant, comme si l'on venait de me transpercer le dos à l'aide d'un gigantesque iceberg. Ses iris bleutées me déstabilisent ; elles m'empêchent de continuer. Dedans, je me noie, désespérément, incapable de m'accrocher à la moindre bouée, au moindre objet dans la salle. Dedans, je me perds, absorbé, complètement absorbé par toutes les émotions qu'elle parvient à exprimer par la simple utilisation de ses yeux. Toutes les émotions enfermées dans ces deux minuscules orbes de vie et d'énergie. La peur. La terreur. L'amour. l'admiration. La colère. L'appréhension. L'animation. L'agitation. Chaque fois que nos regards se croisent, je ressens cette sensation électrisante. Comme si elle me juge, comme si elle tente de me réduire à l'état même de cendres. Je ne me sens plus puissant, je ne me sens plus invincible. Je me sens faible, perdu, démuni. Dans son regard, je me vois moi. Ils sont le miroir vers mon âme, celui qui me renvoie vers mon image, mon reflet et mes propres imperfections. Je vois tous mes péchés commis, tous mes défauts, ceux ancrés au plus profond de mon être. Je vois tout le mal que j'ai fait, toutes les choses que j'ai données, celles que j'ai prises et reprises ... Tous les coeurs que j'ai brisés. Je vois également Will, ce pauvre Will ... Je reconnais aussi son regard, impuissant et innocent, dans celui de Dylan. Généralement, c'est à ce moment là que je l'embrasse, sur les lèvres, refermant les fenêtres de mes  yeux afin de m'empêcher de me perdre à nouveau dans les siens, histoire d'oublier tous les mauvais souvenirs. Ceux qu'il vaut mieux garder enterrés. Nos nez se frôlent alors et je pense au sien, si souvent plongé dans le creux de mon cou, si souvent bercé par moi et ma présence. Je repense au sien, enterré dans mes chemises, lorsque je sors de la douche. Je repense au sien, ce nez fier et charmant qui a la fâcheuse manie de se retrousser lorsqu'elle est sur le point de pleurer. Il est fort, ce nez. Elle le trouve traitre, elle le trouve vicieux, mais moi, je l'aime car il me permet toujours de savoir ce qu'il se passe dans sa tête. Toutes les parties de sa corps me le permettent, d'ailleurs. Je lis dans elle comme dans un livre ouvert ; une énigme que seul je peux déchiffrer. J'ai la clé, je l'ai trouvée ; celle de son coeur, et je l'ai trouvée.

Ses lèvres sont sucrées. Cela me rappelle mon enfance et les nombreuses fraises que nos parents nous ramenaient du marché, à Will et à moi. Nous étions heureux, alors. Nous étions jeunes. Les miennes glissent contre son visage comme elles l'avaient fait, tant d'années auparavant, le long de ces fruits rouges. Elles y goutent avec une timide avidité, cherchant à en dévorer toujours plus sans pour autant trop en prendre d'un coup. Malgré le nombre de fois que je l'ai embrassée, je ne m'en lasse jamais, de ses fières jumelles, fidèles au poste depuis l'éternité. Lorsqu'elles se retroussent avec cette assurance qui les rendent si attirantes, je ne peux que leur céder. Lorsque je les vois légèrement entrouvertes, j'y lis l'invitation, la demande de venir m'y infiltrer et c'est à ce moment là que je me décide à faire comme les pumas sauvages et à les attaquer, ces insolentes aguicheuses. C'est à ce moment là que je lui fais réellement comprendre que je l'aime encore et que personne d'autre ne pourra jamais l'aimer plus que je ne le fais actuellement. Je n'ai peut être pas toutes les belles paroles qui vont avec, mais mes sentiments à moi sont réels et bien présents. Offrez-lui tous les beaux parleurs du monde et vous le verrez par vous même : pendant un instant, leurs charmes marcheront sur son coeur naïf et impressionnable. Rapidement, cependant, elle se rendra compte que leurs voix sont dénuées d'expression. Leurs caresses, elles, vides de tendresse. À leurs baisers, il manquerait cet entrain, cette vivacité qui rendent les nôtres à la fois si authentiques et si passionnés. Une part d'elle le sait déjà, et c'est bien pour ça qu'elle n'a jamais  essayé de s'en aller. Seul moi sais comment l'aimer. Seul moi sais où l'embrasser, où la caresser. Elle est mienne, elle est mienne depuis le début, depuis avant même sa naissance, même avant la mienne. Elle m'appartient, c'était écrit, dans les arbres, le soleil et la lune, dans  les étoiles voutant le ciel et la voie lactée. Le destin avait prédit que nous nous retrouverions, elle et moi. Il savait que cela arriverait, éventuellement. C'était prédestiné. Et ainsi, comme deux âmes soeurs s'aimant pour la première fois, voilà que nos corps se retrouvent emmêlés, tant et si bien que je ne suis pas certain de là où je m'arrête et là où elle commence. Une harmonie équilibrée et unique. Une symbiose parfaite que personne ne peut défier.

Mes doigts escaladent les monts de ses épaules, à la recherche des désagréables bretelles qui semblent peser lourd sur elles. Je joue avec celles-ci avant de les faire glisser, une à une, de façon progressivement soyeuse le long de ses bras. Ce geste, je l'ai déjà fait des millions de fois. Dès que nous rentrons de sortie, il devient presque comme un automatisme ; le mécanisme systématique qui met sans cesse la machine en route et annonce catégoriquement la suite du déroulement de la soirée. Éventuellement, elle ôte son haut, le faisant rapidement voler le long de son corps avant de le jeter au sol, dans un coin de la pièce. Je la regarde intensément, portant une attention particulière à ses bras ... Ces bras qu'elle enlace toujours autour de moi lorsqu'elle veut me rappeler de son existence. De façon étrangement précise, je revis leur emprise sur moi ; la tendre pression de ces perches jumelées s'appropriant de ma taille alors que son menton est posé contre mon dos. Je me souviens de tous les jours où Dylan a pu être triste, dans le passé. Je me remémore également tous ces moments où elle a souhaité me distraire lorsque j'effectuais les comptes de la librairie. Sa bouche en coeur me déclarant tendrement que : "Il faut bien que tu décompresses, de temps en temps." Et évidemment, elle avait raison. Comme à chaque fois. Ses doigts glissent alors le long de mon torse, comme s'ils découvraient sa musculature pour la première fois. Après avoir caressé ses doigts, voilà que je les porte délicatement à mes lèvres, le regard serein, l'âme apaisée. Je l'emmène alors vers mon coeur avant de la déposer au dessus de celui-ci et de la serrer fort dans ma mains. Lorsque j'ai besoin de réconfort ou même de soutien, je sais que je peux toujours compter sur Dylan, elle et sa peau délicate. Elle et sa poigne ferme, elle qui n'hésite jamais à emprisonner mes articulations rocheuses entre les cinq doigts de sa main lorsqu'elle comprend que je suis contrarié. Lorsque le temps me vient de me serrer la ceinture (financièrement parlant), lorsque je repense à l'accident ou encore lorsque je vis un coup de Spleen, elle le sent et le perçoit comme s'il s'agissait de sa vie à elle.

J'aime cependant penser que son amour ne va pas à sens unique et qu'elle sait pertinemment qu'elle peut également compter sur moi lorsqu'elle en a besoin. J'aime penser, maintenant que je caresse sa taille, qu'elle sait que lorsque je l'enlace comme je m'apprête maintenant à le faire, ce n'est pas uniquement parce que j'ai besoin d'un ancre. Lorsque c'est à mon tour de poser mon menton sur son épaule et de l'embrasser dans la nuque comme elle sait si bien me le faire, ce n'est pas uniquement pour me souvenir que je suis en vie ni pour lui faire part du désir constant que j'éprouve à son égard. Ce geste qui me sert parfois de me rappeler à la réalité, je le fais surtout lorsque je perçois qu'elle a besoin d'être aimée. Comment est-ce que je le ressens ? C'est quelque chose d'indescriptible. Il me suffit généralement de peu de choses pour comprendre le fond de sa pensée. Un regard fuyant. Une voix tremblante. Un corps frappé par de violentes secousses. Des lèvres entrouvertes par la frayeur ou la surprise. Il me suffit de l'un des nombreux signaux que son corps a l'habitude de m'envoyer pour comprendre que Dylan a besoin de moi et je peux garantir que lorsque c'est le cas, je n'y pense pas à deux fois et je n'hésite pas un instant : j'enroule mes bras autour d'elle, qu'elle soit déprimée, agacée ou remontée. Sa colère ne me fait pas peur, à ces moments là, car je sais qu'elle a besoin de moi, surtout lorsqu'elle prétend que c'est faux. Et maintenant ... Maintenant, mes mains ont glissé le long de ses cuisses et je me souviens de la première fois qu'elle a accepté de les ouvrir pour moi. Un trésor bien gardé qu'elle m'offrait, qu'elle mettait à ma disposition. Je me souviens de la peur palpable dans l'atmosphère, peur engendrée par ses yeux méfiants et ses gestes hésitants. Je me souviens des mots que je lui avais dit, alors. "Fais moi confiance, tout ira pour le mieux." Je me rappelle que je l'avais invitée à me dire d'arrêter si pour elle, c'était encore trop rapide. Je me souviens de notre première fois, oui, comme s'il s'agit d'hier ... Et je me dis que ce jour figure parmi les plus beaux de ma vie.

J'embrasse alors Dylan. Roule à nouveau mon index dans l'une de ses mèches souples. Mes lèvres visitent ses joues, son menton et même le bas de son cou. Je l'aime et je vais le lui rappeler.





L'acte est terminé.





Trente minutes et c'est fini. On s'endort, collés l'un contre l'autre. J'ai un bras logé autour de sa corpulence, sa fragile corpulence à la silhouette si élancée. On s'endort et j'ai le sourire aux lèvres parce que je pense déjà au lendemain. Je vois déjà dans ma tête le soleil se lever. Je ressens déjà sur mes jambes la fraicheur de ses pieds refroidis par une nuit de sommeil. Je peux entendre avec audibilité le tendre murmure de sa voix, encore fatiguée par notre activité de la nuit passée. On s'endort et je suis heureux car je me dis que tout est comme cela devrait être et qu'il ne peut pas avoir de vie meilleure que celle-ci. Je me dis que nous sommes faits l'un pour l'autre et que rien ni personne ne pourra jamais le contredire.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-marvel-rpg.forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Thomas / AM - wake up, wake up.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Thomas / AM - wake up, wake up.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» It's Time To.Wake Up,Wake Up-Daisy-
» Wake up- Slimy
» Le réveil de la sorcière rouge - Wake of the Red Witch -1948
» Wake On Lan
» Ore no Imouto ga Konna ni Kawaii Wake ga Nai (Oreimo)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
They Coined It :: Don't Try To Run Away From The Flood :: Banque de persos RP de Feu Ardent-